Live News

Achats à crédit : CIM Finance en présence de plus de 7 000 demandes de rééchelonnement

La plupart des clients, qui ont fait une demande de rééchelonnement chez Cim Finance, travaillent dans des secteurs les plus durement touchés par la crise.

Depuis la Covid-19, un bon nombre de consommateurs se sont retrouvés dans l’incapacité de rembourser leurs mensualités pour les achats à crédit. Du coup, les demandes pour des rééchelonnements affluent. Chez Cim Finance, plus de 7 000 dossiers ont été traités à ce jour. 

Il ne passe pas un jour sans que Suttyhudeo Tengur, le président de l’Association pour la Protection de l’Environnement et des Consommateurs (APEC), ne reçoive un appel d’un consommateur qui a des difficultés à payer ses mensualités pour un achat à tempérament. « Il nous demande d’intervenir auprès du magasin ou de sa maison de crédit pour qu’on lui accorde du temps pour le remboursement », indique-t-il. 

Pour Suttyhudeo Tengur, cette situation est due au fait que ces consommateurs ont vu leurs salaires réduits, une des conséquences directes de la Covid-19. « Ils n’obtiennent plus les mêmes revenus, surtout ceux qui évoluent dans les secteurs directement affectés par la Covid-19, notamment le tourisme. Ces personnes sont conscientes qu’elles sont endettées, mais elles sont disposées à honorer leurs dettes. Toutefois, elles n’ont tout simplement pas le montant requis pour payer », fait-il ressortir.

EN CHIFFRES 

22,5 % de ménages ont des contraintes à honorer les paiements relatifs à la vente à tempérament. C’est ce qui ressort d’une étude conjointe de Statistics Mauritius et de la Banque Mondiale sur l’impact de la Covid-19 sur les familles mauriciennes.

Chez Cim Finance, on se dit conscient que la Covid-19 a « indéniablement touché » de nombreux ménages à Maurice. « Au cours des derniers mois, nous avons reçu des demandes de rééchelonnement et de moratoire de la part de nos clients. En tant qu'institution financière responsable guidée par une approche humaine, nous mettons tout en œuvre pour leur épargner toute situation de surendettement pouvant mener à la précarité », tient à faire ressortir Roger Li, Head of Consumer Finance chez Cim Finance. 

Les travailleurs indépendants également touchés 

À ce jour, indique-t-il, Cim Finance a traité des demandes de rééchelonnement pour plus de 7 000 clients qui ont souscrit à ses services de prêt à la consommation. « Nos équipes ont été sollicitées par des clients qui, pour la plupart, travaillent dans les secteurs les plus durement touchés par la crise découlant de la pandémie. Mais il n’y a pas que les salariés, puisque nous comptons aussi un grand nombre de travailleurs indépendants », indique Roger Li.

Peut-on s’attendre à une amélioration de la situation cette année ?  Suttyhudeo Tengur ne se berce pas d’illusion. « Tant que les frontières resteront fermées et que la situation économique ne s’améliore pas, les ménages affectés continueront à éprouver des difficultés à honorer leurs engagements », souligne-t-il. Chez Cim Finance, on dit suivre la situation de près. « À ce stade, nous sommes dans une situation d’incertitude, en raison des différentes répercussions de la pandémie au niveau local.  Nous suivons de près les évolutions dans le paysage économique afin de prendre les mesures nécessaires. Notre rôle sera d’être aux côtés de nos clients pour les accompagner et les soutenir pour qu’ils puissent réaliser leurs projets », conclut Roger Li.

Parlen Rungen, gérant du Magasin Royal :  « Les clients n'achètent que des produits de première nécessité » 

Pour beaucoup de clients, le rééchelonnement de leurs dettes est un soulagement, indique Parlen Rungen, gérant du Magasin Royal. Toutefois, ces clients n’obtiennent pas de nouveaux crédits. Autre tendance observée : les Mauriciens n’achètent que des produits de première nécessité. « Cela peut être une machine à laver, un réfrigérateur, mais il n’y a pas d’achats dits ‘de luxe’ ou ‘par plaisir’ », souligne Parlen Rungen.

Roger Li, Head of Consumer Finance chez Cim Finance : « Notre priorité absolue est de protéger nos clients contre le surendettement »

Depuis la Covid-19, Cim Finance a travaillé sur de nouvelles offres de crédit proposant ainsi un moratoire sur le capital, indique Roger Li, Head of Consumer Finance chez Cim Finance. Ainsi, les clients qui y souscrivent peuvent payer uniquement les intérêts pour une période variant entre trois et neuf mois, avant de régler leurs mensualités normalement.

La Covid-19 a affecté la capacité de remboursement des ménages. Quelle est l’évolution de la situation en ce début d’année ? 
En règle générale, le mois de janvier est un mois durant lequel les activités liées à la consommation tournent au ralenti. Nous ne pouvons donc pas nous baser sur les chiffres enregistrés durant ces dernières semaines pour faire une bonne analyse de la situation. Il nous faudra attendre les prochains mois pour avoir une indication plus ou moins juste de la tendance qui se dégage. Il y a, pour l’heure, un manque évident de visibilité sur l’évolution de la situation économique en raison des nombreuses incertitudes associées à la pandémie de la Covid-19.

Doit-on s’attendre à une aggravation dans un contexte où la situation économique restera difficile durant les six premiers mois de l’année à en croire plusieurs observateurs économiques ? 
Nous restons optimistes bien que prudents. Quoi qu’il en soit, nous sommes déterminés à rester aux côtés de nos clients pour leur apporter l’accompagnement dont ils ont besoin. En tant qu’institution financière responsable, notre priorité est de protéger nos clients en nous assurant qu’ils ne se retrouvent pas en situation de précarité.

La compagnie se montre-t-elle toujours prudente au niveau de l’octroi de crédit ? 
Étant donné la conjoncture, nous restons bien évidemment prudents. C’est cette approche qui nous a guidés lorsque nous avons mis à jour les critères pour l’octroi d’un crédit à la consommation. Cet exercice régulier s’est fait en tenant compte de plusieurs facteurs, dont l’économie sur laquelle planent de nombreuses incertitudes. Ces critères nous permettent de bien évaluer les dossiers et d’adapter nos solutions de financement non seulement aux besoins, mais également à la capacité de remboursement de chaque client. Notre priorité absolue est de protéger nos clients contre le surendettement. Cela fait partie intégrante de l’engagement pris pour assurer leur bien-être et leur épanouissement à travers la réalisation de leurs projets.

Quelles sont les dispositions prises par la compagnie pour soulager les particuliers ayant des difficultés à rembourser leurs dettes ?
Nous avons décidé de maintenir plusieurs mesures d’accompagnement mises en place durant le confinement. Grâce à ces dispositions, nos clients peuvent régulariser leur compte et rééchelonner leur crédit. La mission de Cim Finance, dans le contexte actuel, est plus que jamais d’être aux côtés de ses clients pour leur permettre de se relever le plus rapidement possible.

Nous avons également travaillé sur de nouvelles offres de crédit proposant un moratoire sur le capital. Les clients qui y souscrivent peuvent payer uniquement les intérêts pour une période variant entre trois et neuf mois, avant de régler leurs mensualités normalement. Au-delà de nos produits et services, nous sommes surtout très attachés à notre mission sociale qui est au cœur de nos actions. Guidés par notre devise « La vie avance », nous jouons un rôle clé dans le progrès et l’épanouissement de nos clients en leur donnant les moyens de concrétiser leurs projets.  

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !