Xplik ou K

Achat à crédit : ils payent depuis plus d’un an et demi pour des articles non livrés

Photo d’illustration.

David et sa femme, habitants de Baie-du-Cap, ne savent plus à quel saint se vouer. En passant par CIM Finance, le couple a fait l’achat de trois fenêtres et une porte en aluminium dans un magasin à Chemin-Grenier, il y a plus d’un an et demi… et ils n’ont toujours pas reçu leurs articles !

Comment peut-on payer pour quelque chose qu’on n’a jamais reçu ? Des zones sombres dans cette affaire demandent à être éclaircies. « Nous payons toujours  Rs 1 140 mensuellement pour rembourser une dette, mais nous n’avons même pas reçu les articles commandés. En mai 2017, lors de la construction de notre maison, nous avons commandé trois fenêtres et une porte en aluminium d’un magasin situé à Chemin-Grenier. Mais nous n’avons rien reçu jusqu’à présent. Comble de malheur, le magasin a fermé ses portes et nous ne savons plus vers qui nous tourner», explique Mary Jane, la femme de David.

Le montant total à rembourser auprès de la CIM s’élève à Rs 37 200 sur 30 mois. Autre complication, le couple n’a aucun contrat du magasin en sa possession. La raison: « Le magasin nous avait dit qu’il enverrait le contrat par voie postale mais nous l’avons jamais reçu. Nous avons fait une demande auprès de la CIM pour en avoir une copie mais ils ont refusé alors qu’ils continuent de prendre notre argent tous les mois !  Nous nous sommes tournés plusieurs fois vers le responsable du magasin mais il nous a menés en bateau jusqu’à ce qu’il ait fermé complètement les portes de son commerce. Maintenant nous nous retrouvons à payer une dette dans le ‘vide’ ! » proteste le couple. Ils ont uniquement le numéro de contact de Sharmila, une des responsables du magasin qui s’est occupé d’eux.  

La rédaction a aussitôt pris contact avec ladite Sharmila qui, dans un premier temps, explique : « effectivement le magasin S. a fermé ses portes mais le magasin peut toujours leur faire la livraison. D’ailleurs, nous leur avons proposé une date dans le passé mais ils avaient refusé qu’on vienne les livrer. » Quelques secondes plus tard durant la conversation, elle lâche « ou kone mo pe travay pou enn lot kompagni aster e ou pe deranz mwa. Dir zot gete ki zot anvi fer », et raccrocha.

Du côté de la CIM Finance on confirme avoir pris note de ce cas regrettable. « Nous avons déjà initié une enquête afin d’éclaircir les faits. L’entreprise a toujours eu à cœur l’intérêt de ses clients et nous travaillons afin de trouver une solution raisonnable à cette situation », réplique Sanjinee Appa, la chargée de communication.

Consumer Protection Unit : « Un client ne peut payer pour un produit dont il n’a pas obtenu la jouissance »

Amrita Gunesh de la Consumer Affairs Unit, quant à elle, avance que « d’abord, l’acheteur doit se rentre à la CIM Finance en personne pour exposer ce dilemme. Comment est-ce possible qu’il paye pour un produit dont il n’a pas pu jouir ? Ensuite, logiquement, toutes les compagnies de financement doivent vérifier si le client a bel et bien reçu le produit acheté avant d’effectuer le payement au magasin. » Le couple a été invité à rencontrer Amrita Gunesh afin qu’un officier de la CPU puisse les accompagner lors de leurs démarches auprès de la CIM Finance.

Que dit la loi ?

Sollicité Me Arvin Halkoree, explique que le couple devra loger une plainte civile. « Mais d’abord, il faut pouvoir réunir toutes les informations nécessaires sur l’identité de la personne qui est derrière le magasin. Ensuite, une réclamation sera faite à celle-ci par une plainte civile pour paiement de l’indu ou contre le fait qu’il a reçu un paiement pour une vente sans livraison.  Mais il faut que la CIM coopère dans cette démarche », explique l’homme de loi. La rédaction a fait une demande auprès d’une préposée de la CIM afin d’avoir une copie du contrat.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !