Live News

Achat à crédit : aucune pénalité sur les retards de paiement

Carte de crédit

Ouf de soulagement pour les consommateurs qui achètent à crédit. Les pénalités sur retards de paiement seront supprimées. Cette nouvelle mesure, annoncée dans le Budget 2018-19, boostera-t-elle la vente à tempérament ? 

« Avec l’abolition des pénalités, il y aura définitivement une hausse des ventes à crédit », indique Hilda Paulin, Showroom In-Charge du magasin 361 à Port-Louis. Elle applaudit cette mesure qui, selon elle, permettra aux magasins de booster leurs activités. « Cependant, ce sont les institutions non bancaires offrant des services de crédit (sociétés d’affacturage), notamment CIM Finance, qui encourront les risques », précise-t-elle. 

Sabrina Cangy, Marketing Manager chez Dragon Electrononics, précise, pour sa part, qu’il est un peu trop tôt pour prévoir l’impact de cette mesure sur les ventes. « Il faut attendre et voir les conditions de l’abolition de la surcharge », dit-elle. Selon nos intervenantes, avec la suppression des pénalités sur les retards de paiement, beaucoup de consommateurs seront tentés d’acheter à crédit, ce qui risque de les pousser dans le cycle de l’endettement. 

Selon Hilda Paulin, s’il est possible, chez 361, d’acheter à crédit un produit qui coûte Rs 1 000, les Mauriciens sont toutefois plus nombreux à acheter à crédit pour des articles valant Rs 6 000 à monter. Chez Dragon  Electrononics, les ventes à tempérament concernent une combinaison de produits. 

« Pour un seul produit, les clients privilégient les paiements en cash. Toutefois, pour l’achat de plusieurs articles, pour un montant supérieur à Rs 30 000, ils optent pour des facilités de crédit », rappelle Sabrina Cangy. La rédaction a tenté d’avoir les commentaires sur les conditions de la nouvelle mesure auprès des sociétés d’affacturage, mais en vain. 


Jayen Chellum : «Retardataires et mauvais payeurs seront plus nombreux»

Comment les agences offrant des facilités de crédit joueront-elles le jeu ? Quel délai sera accordé aux clients ? Quelle est la garantie que les clients rembourseront leurs dettes ? Peut-on s’attendre à une hausse du taux d’intérêt sur la vente à tempérament ? Autant de questions que se pose Jayen Chellum, secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice. S’il concède que cette mesure permettra de booster les activités commerciales, il estime, néanmoins, qu’il y a un manque d’informations sur le sujet. « Il faut examiner les conditions sur la vente à tempérament en profondeur. Les retardataires et les mauvais payeurs représentent 5 % à 7 % de la clientèle du Hire Purchase. Avec cette nouvelle mesure, leur nombre augmentera », soutient-il.