Xplik ou K

Accusé de blanchiment à Maurice : il ne peut se rendre à l’étranger pour ses traitements

Cas très particulier que celui exposé à notre antenne par Sookraj, un habitant de Fond-du-Sac de 61 ans. Il a subi une laminectomie et une discectomie lombaire (opération qui consiste à retirer une hernie à la racine nerveuse de la vertèbre) en 1993, alors qu’il était en France. Depuis, il a développé une fibrose épidurale (qui entraîne des douleurs au dos). Suite à ces complications, il doit se rendre en France très souvent pour se faire soigner. Qui plus est, il doit répondre devant la justice d’une accusation de « Money Laundering ». Ce qui l’oblige à effectuer des allers-retours entre la France pour son traitement et la justice à Maurice.

« Depuis 1977, j’ai travaillé en tant que majordome en France. Des complications de santé ont plongé ma vie dans un enfer, entre des soins intensifs à l’hôpital et des voyages pour des vacances au pays natal. Puis, en 2006, lors de mon passage à Maurice, j’ai été arrêté et accusé de ‘money laundering’. L’affaire est toujours devant la justice et je ne suis plus libre de voyager vers la France pour me faire soigner. La dernière fois que j’ai demandé l’autorisation de voyager pour me faire soigner, la cour a réclamé une caution de Rs 2 millions. »

Sookraj explique à l’antenne qu’il avait l’habitude de donner son terrain en garantie et que les autorités judiciaires l’ont autorisé à voyager pour motifs médicaux à plusieurs reprises. « Cette fois, c’est la stupeur : la cour a exigé une garantie de Rs 2 millions, non pas une garantie hypothécaire, mais un dépôt cash de 2 millions. Où vais-je pouvoir trouver une telle somme ? » s’indigne-t-il. « Monn ale vini Moris plis ki 35 fwa depi ki mo ka divan lacour, pa zordi ki mo pou sove », proteste-t-il.

Interrogé sur ce cas, Me Bala Mukan avocat, indique que si Sookraj estime que la somme exigée pour la caution est trop élevée, il peut soumettre une demande de « Variation Order » à la cour intermédiaire. « Seule la cour a le pouvoir de décider du montant fixé pour une telle caution », explique-t-il.