Faits Divers

Accusé d’avoir commandité un incendie : Hans Avinash Heeroo de nouveau en cour 

Accusé d’avoir commandité un incendie : Hans Avinash Heeroo de nouveau en cour  Le jeune homme détient une longue liste d’antécédents

Il refait parler de lui. Hans Avinash Heeroo fait de nouveau face à la justice pour avoir commandité un crime d’incendie. Il est accusé d’avoir donné des instructions à un individu pour que ce dernier mette le feu à un véhicule. Hans Avinash Heeroo comparaîtra en cour intermédiaire, ce mardi 8 janvier 2019.  

Cet habitant de la rue Osman Khodabacus à Beau-Bassin accumule les frasques. Il fait l’objet d’une nouvelle poursuite en cour intermédiaire sous une accusation de « giving instruction to commit a crime ». Il lui est reproché d’avoir donné des instructions à un dénommé Jacques Désiré Nina pour que ce dernier mette le feu à un van, contre paiement. Ce véhicule était garé dans la même rue où réside le prévenu. 

Hans Avinash Heeroo, âgé d’une trentaine d’années, a plaidé non coupable du délit commis le 18 janvier 2017 à Beau-Bassin. 

Au banc des accusés, on retrouve également une jeune femme de 28 ans, domiciliée à Beau-Bassin. Cette dernière est poursuivie sous une accusation de « procuring the means used in the commission of a crime ». Elle aurait, en connaissance de cause, fourni à Jacques Désiré Nina, un récipient en plastique contenant une substance pour que ce dernier puisse mettre le feu à un véhicule, le 20 janvier 2017. 

Un casier judiciaire chargé 

Hans Avinash Heeroo n’est pas inconnu de la police. Il est détenteur d’un casier judiciaire chargé. Il a déjà été condamné pour des délits de drogue et des vols. Sa dernière sentence remonte au 15 octobre 2018 où il a été condamné à un an de prison par la cour intermédiaire pour avoir fait obstruction à la police. Les éléments de la brigade antidrogue s’étaient présentés à son domicile, le 19 octobre 2016, pour une perquisition liée à une affaire de drogue.

Hans Avinash Heeroo s’était opposé à ce que sa maison soit fouillée. Il était sorti avec trois chiens féroces et agressifs pour parler aux policiers. Malgré la requête des policiers, l’accusé a refusé de leur donner accès à sa maison.