Faits Divers

Accusé d’avoir brûlé vive sa femme en 2014 : la mère de la victime incrimine son gendre

«Mo tifi ine dir moi so mari ine zet lalkol lor li apre inn met dife », a déclaré Sitadevi Sonea en cour intermédiaire, mercredi. Cela dans le sillage du procès intenté à son gendre, Rajesh Sharma Nobin. Ce dernier est accusé d’avoir brûlé vive son épouse, Nalini Nobin, le 5 mars 2014, à leur domicile à Cassis. Le procès se poursuivra le 2 avril 2020. 

Rajesh Sharma Nobin, 54 ans, est poursuivi pour  coups et blessures ayant entraîné mort d’homme sans intention de tuer. Cet « assistant technician » est accusé d’avoir causé la mort de son épouse, Nalini Nobin. Celle-ci était âgée de 41 ans au moment des faits. 

 Rajesh Sharma Nobin a plaidé non coupable et est défendu par Me Rama Valayden. La poursuite est représentée par Me Rajkumar Baungally, assistant du Directeur des Poursuites Publiques (DPP). 

Nalini Nobin avait succombé à ses brûlures après un mois passé aux soins intensifs suite à l’incident. L’autopsie pratiquée par le chef du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, et le Dr Prem Chamane ont attribué le décès de Nalini Nobin à une embolie pulmonaire. 

L’audience de mercredi était marquée par le témoignage de Sitadevi Sonea, la mère de Nalini Nobin. Elle est la première personne à avoir porté secours à sa fille le jour du drame. Elle a incriminé son gendre comme étant l’auteur de l’agression de sa fille. 

Sitadevi Sonea est revenue sur le fil des événements en ce jour fatidique. Elle a déclaré qu’elle se trouvait dans son snack au rez-de-chaussée de la maison de sa fille quand elle a entendu des cris de détresse de celle-ci. Elle dit s’être immédiatement précipitée chez elle. 

Témoignage admissible

Selon Sitadevi Sonea, sa fille était en pleurs et avait des brûlures au corps. Nalini Nobin était sous la douche, alors que l’époux Rajesh Sharma Nobin se trouvait dans une pièce voisine, dit Sitadevi Sonea. « Mo tifi ine dir moi so mari ine zet lalkol lor li apré ine met difé », a déclaré Sitadevi Sonea. Cela après qu’elle ait interrogé sa fille sur ce qui s’était passé. Contre-interrogée par Me Rama Valayden, Sitadevi Sonea a maintenu sa version des faits.

Au cours de la précédente séance, le témoignage de Sitadevi Sonea s’était heurté à une objection de la défense. Me Rama Valayden avait argué que cette conversation mère-fille ne relève que du « hearsay » et que ce n’est pas un « dying statement » et que cela portera préjudice à son client. Me Rajkumar Baungally avait, quant à lui, argué que cette conversation constitue une preuve entourant le drame (res gestae evidence). Car, le prévenu avait évoqué un alibi au moment des faits. La cour avait tranché que le témoignage de Sitadevi Sonea est admissible.

Alibi du gendre 

Dans sa version des faits à la police, Rajesh Sharma Nobin avait raconté que le jour fatidique, sa femme préparait des nouilles alors que lui était sorti en compagnie de leur benjamine. Ce serait à son retour à la maison qu’il a découvert son épouse enveloppée d’un drap et d’une serviette en train de descendre les escaliers en compagnie de sa mère. Rajesh Sharma Nobin rejette en bloc les accusations formulées à son égard.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !