Live News

Accusations de violations des droits humains au Qatar - Boycott du Mondial : la balle est dans notre camp 

L’horloge du compte à rebours officiel de la Coupe du monde a été installée à Doha, au Qatar.

Conditions de travail déplorables pour les ouvriers étrangers, violations des droits de l’homme, aberration écologique… Les appels au boycott de la Coupe du monde, qui se tiendra du 20 novembre au 18 décembre au Qatar, se font pressants. Mais est-ce justifié ?

Faizal Ali Beegun, syndicaliste : «Le Bureau international du travail et l’ONU doivent intervenir»

faizalSelon les chiffres avancés par The Guardian en février 2021, 6 500 travailleurs étrangers auraient trouvé la mort sur les chantiers de construction des stades qatariens depuis 2010. Le syndicaliste Faizal Ali Beegun parle d’un carnage. 

Il insiste sur l’importance de la presse étrangère et de la prise de parole des acteurs du monde footballistique pour dénoncer les violations des droits humains. 

« La Fifa avait rappelé l’Émirat à l’ordre concernant le traitement des travailleurs. Des promesses d’enquête approfondie ont été faites par le gouvernement qatarien pour calmer les choses. Depuis, c’est silence radio. » 

Faute d’initiatives concrètes, il fait appel au Bureau international du travail et à l’ONU pour assurer une amélioration des conditions de travail des ouvriers étrangers, pas juste dans le pays hôte mais à travers le monde. « Il faut une enquête approfondie. » 

Me Erickson Mooneapillay, président de Dis-Moi Maurice : «À chacun sa conscience»

ericssonEn sus des conditions de travail des ouvriers étrangers, les projecteurs sont braqués sur le sort des membres de la communauté LGBTQ+ au Qatar, où l’homosexualité est illégale. « En général, il y a beaucoup d’hypocrisie à travers le monde concernant la protection des droits humains. Mais les projecteurs sont maintenant braqués sur le pays hôte de la Coupe du monde, où le nombre de violations des droits humains sont innombrables. » Constat de Me Erickson Mooneapillay, avocat pénaliste et président de Dis-Moi Maurice.

Il insiste pour que la priorité soit accordée à la protection des droits humains. L’organisation de la Coupe du monde ne doit pas être une exception, souligne-t-il. « L’éthique des pays hôtes doit être revue et la Fifa doit pouvoir imposer des sanctions et des principes de bonne gouvernance aux pays hôtes. Même si cela ne servira à rien, à chacun sa conscience d’être complice tacitement ou directement des violations des droits humains. »

Anesh Mungur, membre de Fridays for Future Mauritius : «C’est scandaleux sur le plan écologique»

aneshSept des huit stades à ciel ouvert seront climatisés, bien que la Coupe du monde se tienne en période hivernale. Une aberration écologique et énergétique, selon Anesh Mungur, jeune écologiste au sein du mouvement Fridays for Future Mauritius. « C’est scandaleux ! Nous sommes actuellement en pleine crise climatique, écologique et énergétique. En procédant à de tels projets, nous ne faisons qu’accélérer les problématiques climatiques. »

Anesh Mungur dit comprendre les appels au boycott. « Les mesures prises pour réaliser la Coupe du monde laissent clairement comprendre que la priorité est aux bénéfices et à l’économie, au détriment des droits de l’homme et de la protection de l’environnement. »

Et ce, alors que la crise climatique et écologique reste une menace constante pour l’humanité et nos générations futures. « Il est temps que nous commencions à prendre des mesures concrètes. » La balle, dit-il, est dans le camp des populations. « Soit on reste les bras croisés à profiter d’un événement sportif qui abuse des ressources de notre planète, soit on fait entendre sa voix. »

Jérôme Thomas, sélectionneur par intérim du Club M : «C’est avec le cœur lourd qu’on regardera les matchs»

jeromeJérôme Thomas n’est pas insensible au sort des travailleurs migrants ayant perdu la vie sur les chantiers sportifs qatariens. Cependant, le sélectionneur par intérim du Club M estime que la Coupe du monde reste un événement à ne pas rater. « On aura certainement une pensée pour les travailleurs migrants qui ont péri au cours de l’organisation de la Coupe du monde. C’est avec le cœur lourd qu’on regardera les matchs. » Néanmoins, fait-il valoir, « ça reste un événement pour les fanas du ballon rond et pour les novices ». 


Questions à…Vijay Makhan, ancien Secrétaire aux Affaires étrangères : « Ne soyons pas hypocrites »

vijayEn 2017, Maurice avait coupé les ponts avec le Qatar, après que l’Arabie saoudite a accusé Doha, la capitale du Qatar, de soutenir des groupes islamistes. Quelles sont nos relations avec ce pays aujourd’hui ?
Autant que je sache, la bavure d’un ancien ministre, qui avait outrepassé ses responsabilités et s’était immiscé dans un domaine qu’il ne maîtrisait pas, est maintenant consignée dans l’histoire pathétique de notre diplomatie de ces dernières années. Les relations internationales et inter-étatiques sont dynamiques, et cet épisode avec le Qatar est, je l’espère, derrière nous. 

La leçon à retenir est que chacun s’occupe de ses plates-bandes et les vaches seront bien gardées. Malheureusement, tel ne semble pas être le cas.

Des accusations de violations des droits de l’homme ont été portées contre le Qatar. Certains sportifs et médias ont même décidé de boycotter la Coupe du Monde 2022. Maurice n’a, semble-t-il, pas pris position.
Je ne suis pas au courant si Maurice a pris position ou pas quant aux accusations d’abus des droits humains telles que rapportées par les médias internationaux. Mais c’est l’occasion de rappeler que Maurice a, il n’y a pas si longtemps, joué un rôle remarqué, et avec honneur, dans le domaine des droits humains au niveau international. Feu Rajsoomer Lallah et Sheila Keetharuth ont, pendant plusieurs années, été les rapporteurs désignés des Nations unies pour les droits humains au Chili et en Erythrée respectivement.  

Nous avons aussi, en tant que pays, siégé au Conseil des droits humains à Genève. Donc, concernant ce dossier, nous devons être constants et consistants dans notre approche, et défendre les droits humains dans leur plénitude. 

Mais ne soyons pas hypocrites. Les fédérations de la Fifa ont bien voté pour la tenue de la Coupe du monde 2022 au Qatar et cela, depuis 2010, non ? Ce n’est pas aujourd’hui, à la veille de la tenue de cet événement mondial, en dénonçant ces abus et en faisant des menaces de boycott, que les choses vont changer.

Comprenez-vous ceux qui appellent au boycott de la Coupe du monde au Qatar ?
Des personnalités du monde sportif ont, me semble-t-il, annoncé qu’elles boycotteront la Coupe du monde en fin d’année. Je trouve que c’est quelque peu tardif comme réaction et prise de position. 

Il est vrai que des rapports font état du traitement inhumain subi par ceux qui ont été amenés à construire les stades devant accueillir les rencontres internationales en novembre et décembre prochain. Toutefois, ce n’est nullement une découverte récente. 

Les boycotts, comme celui annoncé par Eric Cantona tout dernièrement, ne serviront vraiment à rien. Sauf à faire remonter à la une les aberrations de cette entreprise grandiose, telle la climatisation des stades. Il faut aussi bien garder en tête que l’enjeu monétaire est conséquent et, malheureusement, prime sur tout autre considération.

Regarderez-vous la Coupe du monde ?
Oui, quelques matchs de choix à la télé, si mon emploi du temps me le permet. Il n’est toutefois pas question de déplacement.

Micro-trottoir

Tashvin Motee, 28 ans, de Clemencia

tashvin« C’est triste que de nombreuses personnes aient perdu la vie lors de la construction des stades et autres infrastructures. Le pays hôte devrait indemniser ceux qui ont perdu la vie. Mais le boycott de la Coupe du monde n’est pas une solution au problème. Il faudrait un meilleur accès à des soins de santé adéquats et respecter les droits civils. » 


Shyama Goohee, 39 ans, de Baie-du-Tombeau 

shyama« Avec le réchauffement de la planète, les incendies de forêt et les inondations devraient augmenter. Le changement climatique est réel. Face à la crise énergétique, la climatisation des sept stades à ciel ouvert, malgré le décalage de la compétition en hiver, me semble complètement insensée. C’est une aberration écologique ! En tant que militante écologiste, je soutiens le boycott de l’organisation de la Coupe du monde 2022. » 


Mokshada Rammondhur, 21 ans, de Bel-Air

mokshada« Il est probablement impossible pour les médias de boycotter un événement de cette envergure. Toutefois, je suis d’avis que le Qatar ne devrait pas faire la sourde oreille aux critiques. Le pays hôte devrait régler les problèmes dès que possible. »


Parvèz Dookhy, 52 ans, de Port-Louis 

parvez« L’organisation de la Coupe du monde 2022 est plus énergivore que les précédentes éditions et est aussi ensanglantée par le nombre de travailleurs blessés ou morts. Cependant, le boycott ne changera pas grand-chose. On est devant le fait accompli. »


Boycott des médias et des stars du foot 

Le Quotidien de La Réunion 

quotidien

Pas plus tard que cette semaine, Le Quotidien de La Réunion a annoncé à la une, en gros titre, « Sans Nous ». Il ne couvrira pas le plus gros événement footballistique planétaire, au nom de ses valeurs. C’est le premier média français à boycotter la Coupe du monde au Qatar, bien que l’équipe de France soit détentrice du titre. Une décision justifiée, par la direction du journal, par les « atteintes intolérables à la dignité, aux libertés humaines, aux minorités et à la planète » dans l’organisation du tournoi.  

Les stars du foot 

cantonaCoupe de gueule de l’ancien capitaine de l’équipe d’Allemagne, Philipp Lahm. Il rejoint le boycott de la Coupe du monde 2022. Dans un entretien accordé à Kicker, le principal magazine sportif d’Allemagne, il a annoncé qu’il ne se déplacerait pas au Qatar pour soutenir la Mannschaft « en raison de la violation des droits de l’homme chez le pays hôte ».

Même son de cloche chez l’ancien attaquant de Manchester United et des Bleus, Eric Cantona. Par le biais de ses réseaux sociaux, il a exprimé son intention d’être vent debout contre la Coupe du monde. « Je ne regarderai pas un seul match. Ça me coûte, parce que depuis que je suis gosse, c’est un événement que j’adore, que j’attends et que je regarde avec ferveur. Mais soyons honnêtes avec nous-mêmes ! Cette Coupe du monde-là n’a aucun sens ! Pire, c’est une aberration ! » Et de déplorer les « milliers de morts pour construire ces stades sportifs pour amuser la galerie pendant deux mois ».

Idem chez une partie du personnel de l’équipe nationale galloise de football, qui ne se rendra pas à la Coupe du monde au Qatar en raison de la position du pays hôte sur les droits des personnes LGBTQ+. Ce, malgré la qualification de l’équipe nationale pour la première fois depuis 1958.

Appel à la Fifa pour indemniser des ouvriers du Mondial 2022

Une majorité de fans de la Coupe du monde de football, prévue au Qatar en novembre, sont en faveur d’une indemnisation, par la Fifa, des ouvriers dont les droits ont été violés lors des préparatifs du Mondial 2022, selon un sondage publié jeudi. Le sondage YouGov a été mené pour le compte de l’ONG Amnesty International auprès de 17 000 adultes dans 15 pays, en Europe, aux États-Unis, au Mexique, en Argentine, au Maroc et au Kenya. 73 % des sondés disent « soutenir fortement » ou « tendre à soutenir » le fait que la Fifa devrait utiliser une partie de ses revenus pour offrir des compensations aux ouvriers dont les droits ont été bafoués. Et sur les personnes interrogées affirmant qu’elles regarderont au moins un match de la compétition, 84 % se disent en faveur de cette proposition. Le sondage montre également que plus de deux tiers des sondés souhaitent que les associations de football de leurs pays « s’expriment publiquement sur les affaires relatives aux droits humains » dans le cadre du Mondial 2022, rapporte Amnesty.

Source : AFP

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !