Xplik ou K

Accumulations d’eau : elle passe ses nuits dans un centre de refuge depuis deux mois

Accumulations d’eau La maison inondée se trouve au milieu d’un véritable marécage.

Après les grosses pluies du début d’année, il y a toujours des accumulations d’eau à Rivière du Rempart. Les habitants lancent un appel aux autorités gouvernementalesafin que leur calvaire prenne fin.

Plus de deux mois. C'est le temps qu'a passé Sowyam Nursing dans le centre de refuge de Rivière-du-Rempart. « Cela fera bientôt trois mois que je passe mes nuits ici et je ne peux pas rentrer chez moi en raison des récentes grosses pluies. L'eau est stagnante et il n’y aucune issue pour qu’elle s’évacue  », explique la dame âgée de 45 ans. Elle explique que les pompiers sont venus sur les lieux pour évacuer l’eau. Toutefois, une heure à peine après leur départ, l’eau revient, parce qu’il y a deux anciens puits souterrains situés sur le terrain de football de la localité.

« La terre est saturée, l’eau n’a aucune issue de sortie et les drains temporaires creusés par le conseil de district ne suffisent plus. De surcroît, ils ont été construits sur une pente », se lamente la mère de famille.

Situation difficile

Sowyam explique qu’elle vit seule depuis plusieurs années. « Je suis séparée de mon époux et je vis avec ma fille. Je viens de l’envoyer chez sa tante, car une fille de 20 ans ne peut pas vivre dans un centre », dit-elle. Elle ajoute : « Je ne peux pas me baigner dans le centre qui est dépourvu de salles de bains. Parfois, je me rends chez une amie, autrement, je n’ai pas vraiment le choix », confie Sowyam. « J’attends une aide de l’État, afin que des travaux de drains soient effectués pour que je puisse retrouver mon toit au plus vite. Cette situation est invivable », fulmine-t-elle.

Rakesh Lekka est lui aussi un habitant de la localité. Il explique que depuis les accumulations d’eau, l’accès aux maisons s’avère très compliqué. « Cela fait plus de 15 ans que j’habite cette région et c’est la première fois que nous devons faire face à une telle situation. L’eau est montée à presque un mètre de hauteur  », explique notre interlocuteur. « L’eau accumulée cause des odeurs nauséabondes et la prolifération de moustiques. Depuis quelques temps, il y a même des poissons dans le lac », explique l’habitant âgé de 45 ans. Selon les dires de Rakesh, ce terrain de foot a été construit par les habitants de la localité. « Les dimanches, ainsi qu’après les heures de classe, les enfants venaient y jouer. Maintenant, ce n’est plus possible. Le pire dans cette situation : pour pouvoir traverser la route, des handicapés doivent marcher sur des briques qui ont été placées en guise de passerelle. C’est lamentable », soutient-il.

De son côté, Vishal Rambaran, un autre habitant de la région, explique que cette accumulation est causée par des drains qui déversent l’eau sur le terrain. « Toute l’eau de la rue Royale se déverse sur le terrain. Comment voulez-vous qu’elle s’évapore », fulmine cet habitant.

Intervention des élus

Intervenant sur les ondes de Radio Plus, Ravi Rutnah, député de la circonscription, affirme être au courant de la situation. « J’ai moi-même fait évacuer cette dame de sa maison pour qu’elle aille au centre.  C’est un problème récurrent à Rivière-du-Rempart et il faut faire des drains. C’est un projet que nous débuterons incessamment ».

Quant au ministre Étienne Sinatambou, il avance qu’un centre n’est pas un endroit approprié pour qu’une femme et sa fille passent leurs nuits pendant des mois. « À ma connaissance, il y a très peu de personnes qui sont dans les centres de refuge en ce moment. Dans ce cas précis, je vais agir afin de trouver une solution pour cette dame et sa fille, car on ne peut pas rester insensible face à cette situation ».

Les habitants doivent marcher sur des briques pour regagner leurs maisons.