Faits Divers

Accidents fatals : quand la route déchire les familles

La série noire continue. Durant la semaine écoulée, quatre personnes ont perdu la vie de façon tragique, laissant leurs proches dans une profonde tristesse. Les victimes sont Jeff Hollingsworth (36 ans), Koosraj Sunny Appudu (28 ans), Shailendra Gomdola (29 ans) et Gyandev Govind (48 ans). 


Jeff Hollingsworth

Jeff Hollingsworth ne construira pas de maison pour sa fille

Ils sont affligés car un des leurs a disparu dans des circonstances tragiques. Jeff Hollingsworth, un skipper habitant Blue-Bay, était au volant de son 4x4 dimanche quand, arrivant à Pointe-Jerôme, il a perdu le contrôle de son véhicule qui a fait plusieurs tonneaux avant de terminer sa course en mer.

Il n’a pas survécu à ses blessures. Il laisse derrière lui une compagne, une fille de 5 ans, et une famille complètement bouleversée. Camille (40 ans), la compagne de Jeff, est anéantie. « Jeff est un amoureux de la mer depuis son enfance. Il avait de nombreux projets en tête, notamment construire une maison pour notre fille.

Il voulait également agrandir son business afin d’assurer l’avenir de notre fille. Hélas, notre protecteur s’en est allé », dit Camille.
Camille confie que Jeff était un homme hautement responsable, qui faisait tout pour que sa fille soit heureuse. « Depuis le décès tragique de Jeff, tout a basculé.

Ma vie ne sera plus la même. Jeff était toujours à mes côtés pour me soutenir et pour me réconforter. C’était très difficile d’avouer à ma fille que son père est décédé. Je passe par une épreuve difficile et je remercie toute la famille pour leur solidarité. C’est une grande perte », relate Camille.


Shailendra Gomdola

Shailendra Gomdola, passionné par son travail

Shailendra Gomdola, un habitant de Rose-Belle, était au volant d’un contract van mardi, quand il a percuté un camion sur l’autoroute de Nouvelle-France. Il n’a pas survécu à ses blessures. Vikram, son frère aîné, est traumatisé par ce drame. « Après le décès de nos parents, Shailendra était toujours là pour me soutenir et aujourd’hui, il m’a laissé seul.

On vivait sous le même toit et c’était mon meilleur ami. On partageait beaucoup de choses. Nous avions l’habitude de regarder le foot ensemble. Maintenant, je vais regarder les matchs tout seul. Vivre dans cette maison sans mon frère est compliqué. Le sort s’acharne contre nous. La vie n’a pas toujours été simple pour nous », raconte Vikram.

Selon ce quadragénaire, son frère était passionné par son travail. « Shailendra aimait beaucoup son boulot. De plus, il comptait s’acheter un van, mais le destin en a décidé autrement », dit Vikram. 

Les habitants de la localité, qui étaient venus rendre hommage à Shailendra, n’ont eu que ce leitmotiv à la bouche : « Ti enn bon garson. » Vikash, un habitant de la localité, se remémore les moments passés avec Shailendra : « S’il n’y avait pas de passagers avec lui, il avait l’habitude de nous offrir un lift. C’était un garçon aimable et toujours prêt à aider.

On peut dire que la région de Rose-Belle a perdu un fils. Le social n’était pas un vain mot pour Shailendra. Ninport ki kote ena kitsoz pou fer, ou pou trouv Shailendra laba pe met lamin dan lapat. » 


Koosraj Sunny Appudu

Koosraj, l’homme de la maison, s’en est allé

Koosraj Sunny Appudu, un habitant de D’Epinay, pilotait sa motocyclette, samedi soir dans sa localité, quand il est entré en collision avec un autre motocycliste. Les deux blessés ont été transportés à l’hôpital, mais Koosraj a rendu l’âme peu après.

Sa mère Rekha, 41 ans, est accablée après avoir perdu son fils unique. « Après le décès de mon époux, Koosraj était devenu l’homme de la maison. Il me protégeait tout comme son père le faisait. Il travaillait comme maçon et il me donnait une partie de son salaire. Il a beaucoup contribué au sein de la famille. Mon fils s’assurait que tout allait bien dans notre maison. C’est très dur pour moi. C’est un deuxième choc pour moi, après avoir perdu mon époux », pleure Rekha.

Davina, qui a enterré son frère le jour de Raksha Bandhan, ne s’en remet toujours pas. « Sunny ne sera plus là pour me protéger. Il était comme un papa pour moi et il me donnait toujours de bons conseils. Il était mon confident et il trouvait toujours des solutions à mes problèmes. Et maintenant qu’il n’est plus là, je me sens terriblement seule. On a grandi et joué ensemble.

Quand je pense à notre enfance, je ne peux retenir mes larmes. Quand je pleurais, il avait l’habitude d’essuyer mes larmes. Qui le fera maintenant ? » se désole Davina.


Gyandev Govind

Gyandev Govind, un époux exemplaire 

Gyandev Govind, un habitant de Montagne-Blanche, était au volant de sa voiture, mardi, quand il a dérapé et terminé sa course dans un champ de cannes à Bel-Etang. Gyandev n’a pas survécu. Sa veuve Anishta, 43 ans, n’arrive pas à croire que son époux n’est plus de ce monde. « Gyandev était un mari et un père exemplaire.

Zame li pann les mwa travay ek li ti dir mwa rest lakaz pou mo get nou ban zanfan. Il a travaillé très dur pour subvenir à nos besoins. Mes deux enfants sont tristes et je dois me montrer forte devant eux. Zame mo pa finn kone ki ve dir travay ek aster mo pou bizin rod enn travay pou mo soign mo zanfan », se lamente Anishta.

Elle explique que son époux l’a toujours encouragée à conduire. « Gyandev me disait toujours que je devais apprendre à conduire, mais aujourd’hui, je regrette de ne pas l’avoir fait. Cet homme nous rendait heureux. Gyandev va me manquer énormément.

Son rêve était de construire une maison pour notre fils à l’étage. Mais il nous a quittés. J’avais organisé une prière ce mardi 4 septembre, car Gyandev allait avoir 49 ans. Tout a basculé », se désole Anishta, les larmes aux yeux. Les funérailles de Gyandev ont eu lieu mercredi.