Faits Divers

Accidents de la route : une retraitée de 71 ans et deux adolescents y laissent la vie

Josiane Joseph et Samuel Jheemla. Josiane Joseph et Samuel Jheemla.

Les semaines se suivent et se ressemblent.  Durant la semaine écoulée,  la route a fait trois nouvelles victimes.

Josiane Joseph, 71 ans, Samuel Jheemla, 16 ans et Abdur Goolamgoss, 15 ans, ont tous connu un même et tragique destin. Grièvement blessés dans des accidents de la route, ils n’ont pas survécu, laissant leurs proches dans une profonde tristesse.

Josiane Joseph, 71 ans, retraitée et habitante de Glen Park, Vacoas, est décrite comme une personne qui était très active malgré son âge. «  C’était une dame charmante. Elle passait à chaque fois devant la porte en esquissant un sourire et des salutations », se souvient un de ses voisins, attristé par cette subite disparition.

La dame qui habitait la région depuis plusieurs années est mère de quatre enfants. « Elle a cinq petits-enfants et aimait s’occuper d’eux », explique la fille de la victime. Autonome, elle se rendait elle-même à la boutique pour effectuer ses courses. C’est d’ailleurs lors d’une de ses sorties pour se rendre à la boutique du coin que le drame s’est joué le 18 février dernier.

Il devait être aux alentours de 18 h 45 quand la dame est sortie. En revenant, elle a emprunté le passage pour piétons. « Un proche, qui venait au même moment, a laissé le passage à ma mère, mais en arrivant dans la voie opposée, un jeune motocycliste qui descendait vers Vacoas a heurté ma mère », nous explique sa fille.  La vieille dame a  été projetée quelques mètres plus loin. La police de Vacoas a été mandée sur place. L’alcotest sur le motocycliste s’était révélé négatif.

Conduite de toute urgence à l’hôpital Victoria, Candos, Josiane Joseph a subi une délicate intervention avant d’être placée à l’unité des soins intensifs. «  Elle n’a jamais repris connaissance depuis », se désolent ses proches. Le samedi 3 mars, après avoir passé 13 jours à l’hôpital, la grand-mère a rendu son dernier soupir. L’autopsie a révélé qu’elle a succombé à une septicémie.

La famille de la victime s’indigne du déroulement de l’accident. « Le jeune homme faisait des acrobaties sur sa motocyclette. S’il avait été plus prudent, elle serait encore là aujourd’hui », fulminent-ils. Les funérailles de Josiane Joseph ont eu lieu dimanche. Quant au jeune motocycliste, il a été inculpé provisoirement d’homicide involontaire avant de bénéficier de la liberté conditionnelle.

Une virée nocturne qui vire au drame pour Samuel

Samuel Jheemla, 16 ans, est parti trop tôt. L’adolescent, originaire de Sainte-Croix, a passé deux jours à l’hôpital avant de succomber à ses blessures.  Il laisse sa famille dévastée par le chagrin. Donald, le père de l’adolescent, est effondré. «  Samuel ti enn garson ki kontan badine et fer mechancete », dit ce mécanicien.

Nelly, sa sœur aînée, repense à son frère avant que ce dernier soit victime de l’accident. « On s’était un peu embrouillé quelques heures plus tôt », dit-elle.

Son père venait de réparer une motocyclette. Vers 3 heures,  Samuel s’est glissé en douce hors de la maison. « Il a pris la motocyclette sans ma permission. Il est monté dessus sans casque et s’est rendu à Baie-du-Tombeau. Puis, il est passé prendre une amie qui devait le conduire chez sa copine », nous explique Donald. C’est après avoir récupéré une adolescente de 15 ans que le malheur s’est produit.

En effet, le jeune homme a foncé droit sur une grotte à la rue Carangue. L’impact était d’une telle violence que les deux jeunes ont été projetés de la motocyclette. La police de Baie-du-Tombeau s’est rendue sur place. Grièvement blessé, Samuel a été mis en observation à l’unité des soins intensifs de l’hôpital SSRN, Pamplemousses alors que son amie a été admise en salle.

Dimanche, en début de soirée, le jeune homme a poussé son dernier soupir. «  Il devait fêter son anniversaire le 14 mars », regrette sa sœur.

Abdur Goolamgoss avait tout l’avenir devant lui

En quelques secondes, sa vie et celle de sa famille ont basculé. Le 23 février dernier, Abdur Rahmaan Goolamgoss, âgé de 15 ans, a heurté une fourgonnette à la rue Perruche, Pailles alors qu’il se trouvait à motocyclette. L’adolescent voulait éviter une flaque d’eau quand l’impact a eu lieu. Dans un état critique, l’adolescent est décédé le 5 mars. La victime qui était sur la motocyclette de son père avait tout l’avenir devant lui. «  Il était un enfant prématuré et un slow learner. Mon fils étudiait dans une école spécialisée », explique Mohamed le père de l’adolescent.

Après l’accident, ses proches conservaient l’espoir qu’il allait s’en sortir. «  Il avait bougé », poursuit le père qui avait pensé que c’était un signe d’amélioration. Mais le 5 mars, la nouvelle est tombée, l’adolescent n’a pas survécu. Noorani Aurdally, habitant de Pailles, déplore l’état de la route. « Les routes dans le quartier sont mal entretenues. Depuis des années, nous demandons que ces routes soient asphaltées convenablement, mais rien n’y fait.  L’adolescent n’aurait pas fait d’accident si les routes étaient bien entretenues », déclare-t-il.