Faits Divers

Accident mortel en octobre 2012 à Lallmatie : un jeune jugé coupable d’homicide involontaire par imprudence

La victime avait été soignée à l’hôpital de Flacq après l’accident.

Un jeune de Belvédère a été jugé coupable devant la cour intermédiaire d’homicide involontaire par imprudence. L’accident s’est produit le 14 octobre 2012, à Lallmatie. Il devra de nouveau comparaître le 26 février lors des plaidoiries. 

L’accusé, âgé de 26 ans, a aussi été jugé coupable, le jeudi 20 février 2020, d’avoir conduit un véhicule sans l’autorisation du propriétaire et sans permis. Le jeune homme répondait de trois accusations devant la cour intermédiaire. Il avait plaidé non-coupable pour homicide involontaire par imprudence et coupable pour les deux autres accusations. Il était défendu par Me Rex Stephen. 

L’accident est survenu le 14 octobre 2012, à Lallmatie. L’accusé était à moto quand il a percuté un autre motocycliste. Ce dernier, âgé de 61 ans, a été conduit à l’hôpital de Flacq après l’accident. Toutefois, son état de santé s’est détérioré et il a été transféré aux soins intensifs de l’hôpital national Sir Seewoosagur Ramgoolam, à Pamplemousses. Il a rendu l’âme le 5 novembre 2012. L’autopsie a attribué la mort à des suites des blessures liées à la tête. 

Dans ses dépositions à la police, l’accusé a déclaré que l’accident s’est produit, alors qu’il doublait une voiture. Il a soutenu qu’il ne roulait pas à grande vitesse. Et que c’est en regagnant sa voie qu’il a percuté l’autre moto. 

Dans son jugement, le magistrat Raj Seebaluck souligne que l’état des véhicules démontre que l’impact a été violent. De plus, l’accusé avait été projeté à plusieurs mètres sur l’asphalte. Ce qui indique qu’il roulait à grande vitesse et non à 15 à 20 km/h comme il avait déclaré dans ses dépositions. 

De plus, la cour a pris en compte le témoignage d’un témoin oculaire de l’accident. Ce dernier était au volant de sa voiture. Il dit avoir ralenti et a enclenché son clignotant pour effectuer un tournant quand il a vu une moto le doubler à grande vitesse et percuter une autre moto qui était devant lui. Selon le magistrat, la façon dont l’accident s’est produit est due à l’imprudence de l’accusé. 

Pour sa part, l’homme de loi de l’accusé avait plaidé que les blessures causées par l’accident ne sont pas la cause de la mort de l’autre motocycliste. Or, la cour a statué que ce sont des blessures à la tête qui ont causé sa mort. Selon elle, les rapports médicaux d’un médecin qui l’avait examiné à l’hôpital et du Dr Sudesh Kumar Gungadin sont parvenus à la même conclusion.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !