Faits Divers

Accident fatal à Sainte-Croix : Dharmarajen Carpayen meurt à quatre jours de son anniversaire

Dharmarajen Carpayen Dharmarajen Carpayen meurt à l’âge de 38 ans.

Un père de famille de Roche-Bois (38 ans) est venu s'ajouter à la liste des victimes des accidents de la circulation. Dans la soirée du dimanche 11 mars, Dharmarajen Carpayen revenait du domicile de son frère, quand arrivé à Route-Nicolay, à Sainte-Croix, il aurait perdu le contrôle de sa motocyclette. Son décès a été constaté par le personnel médical.

Dharmarajen Carpayen, Pooven pour ses proches, ne fêtera pas ses 39 ans ce vendredi 16 mars. Ce père de famille, domicilié rue des Roses, à Roche-Bois, s'est rendu chez son frère à Sainte-Croix dimanche. En retournant chez lui, le motocycliste aurait perdu le contrôle de son engin et percuté des parapets. C'est un passant qui a alerté la police d'Abercrombie. La police s'est précipitée sur les lieux. Le pilote gisait au sol à côté du deux-roues, portant de multiples blessures. Il a été transporté à l'hôpital Dr A. G. Jeetoo où sa mort a été constatée.

L'autopsie pratiquée par le Dr Prem Chamane, médecin légiste, a attribué la mort à un choc dû aux multiples blessures. La police d'Abercrombie a ouvert une enquête pour établir les circonstances de l’accident. Les policiers comptent visionner les images des caméras de surveillance aux alentours pour en savoir plus sur ce drame.

Chez les Carpayen à Roche-Bois, c’est la consternation. Sa veuve Lakshmee ne retient pas ses larmes. « Il m'a laissée seule. Je ne peux imaginer la vie sans Pooven. Il était chauffeur et subvenait aux besoins de sa famille, maintenant, comment vais-je faire ? Pooven était toujours là pour me soutenir. Mes deux enfants sont traumatisés. Le benjamin de 5 ans ne cesse de réclamer son père. Ce vendredi, il allait célébrer ses 39 ans, on lui avait préparé une surprise. Hélas ! Pooven inn fer nou enn move sirpriz dimans. C'est difficile de voir ainsi son époux sur le canapé. »

Et d’ajouter : « Pooven était toujours prêt à aider les autres. Il ne supportait pas de voir une personne dans la peine. Mon mari était aimé de tous et il va beaucoup nous manquer. Il était prudent quand il circulait à moto. Je ne sais comment cet accident s'est produit. » La nièce de Pooven est également attristée par cette disparition. « Mon oncle était un bon vivant et bossait dur. Dimanche, il est venu dîner chez nous à Sainte-Croix. Il était joyeux. Cela a été un grand choc d’apprendre qu'il était mort dans un accident. Son épouse et ses deux enfants sont bouleversés, nous tentons de les consoler.»  Les funérailles de Pooven ont eu lieu lundi à 15 heures.