Live News

Accident entre une voiture et le Metro Express - Zaed Nanhuck : «Faut-il qu’il y ait mort d’homme pour agir ?»

La conductrice de la voiture donnera sa version  ultérieurement à la police. La conductrice de la voiture donnera sa version ultérieurement à la police.

Zaed Nanhuck, conseiller municipal de Beau- Bassin/ Rose-Hill, persiste et signe. Le passage du Metro Express à Vandermeersch, Rose-Hill, et à l’ex rond-point Gool,  à Beau-Bassin, aurait dû se faire en hauteur. Il avance que l’accident de vendredi lui donne malheureusement  raison. 

Zaed Nanhuck explique qu’avant même le début des travaux pour la phase 1 [Port-Louis – Rose-Hill] du projet Metro Express, il avait attiré l’attention sur les problèmes que le passage des trams allait engendrer au niveau des intersections, surtout au rond-point de Beau-Bassin. «Au moins, cette partie-là devait être sur pilotis. Mais cela n’a pas été fait, malgré mes nombreuses interpellations au conseil municipal de Beau- Bassin / Rose-Hill et celle de Xavier-Luc Duval au Parlement. Ils nous ont tourné en bourrique en faisant croire que ‘c’est à l’étude’ », avance-t-il. 

Et d’ajouter : « Si on nous avait écouté à l’époque, il n’y aurait pas eu ce problème aujourd’hui. Mais faut-il attendre qu’il y ait mort d’homme pour que les autorités réagissent ? » dit-il. Ce dernier se demande ce qui se serait passé si le tram avait déraillé à l’issue de cet accident. « J’y étais après l’accident. En demandant au tram de faire marche arrière, nous avons constaté que l’une des roues était sortie du rail. Cela aurait pu être plus grave », avance-t-il.

Zaed Nanhuck explique qu’il avait néanmoins proposé une autre solution, avec l’installation de barrières au niveau des intersections. « Mais là encore, cela n’a pas été fait. Cela aurait coûté quelques millions de roupies de plus, une goutte d’eau comparée au coût du projet. Mais au moins les usagers de la route auraient été en sécurité », déplore-t-il. Il réclame une table ronde pour en discuter au plus vite. 


À Vandermeersch : une voiture frôle un tram du Metro Express

Une voiture circulant dans un sens interdit est entrée en collision avec le métro à la rue Vandermeerch, à Rose-Hill dans la journée du vendredi 31 janvier. L’accident qui a certes provoqué un ralentissement et une perturbation de la circulation, n’a pas fait de blessé. La conductrice, 38 ans, a été entendue par la police de Rose-Hill. 

La voiture empruntait la route Vandermeerch en direction Beau-Bassin lorsqu’elle a entamé un tournant vers la gauche pour accéder à la rue Malartic. Ce passage est classifié interdit à virage à la gauche sur cette partie de la route. Au même moment, le métro se dirigeait vers la gare de Rose-Hill. Le tram a été légèrement endommagé à l’avant, alors que la voiture, une citadine, a subi des dégâts sur son flanc droit.

Peu après les faits, la police et des préposés de la Metro Express Ltd se sont rendus sur les lieux pour un premier constat. Il s'agit là du premier accident impliquant un tram du Metro Express, depuis sa mise en opération en décembre 2019.

Dans les jours qui viennent la conductrice fournira ses explications à la police. Apres l’accident, encore sous l’effet du choc, la femme a été admise dans une clinique privée. La police de Rose-Hill, qui a initié une enquête, a récupéré les images des caméras installées à bord du tram avant. Sur ces images, toute la scène peut être visionnée, selon nos sources proches de l’enquête.  Pour les enquêteurs, la femme serait fautive, car elle a emprunté un sens interdit. La vidéo de l'accident peut être visionnée sur la Web Tv du Défimedia Group sur le www.webtv.defimedia.info. 

Dommages matériels : entre Rs 25 millions et Rs 50 millions

Dans le cas de cet accident, Vasish Ramkhalawon, secrétaire de l’Insurers Association of Mauritius (IAM), avance qu’il ne peut y avoir de ‘constat à l’amiable’. « Cela aurait été le cas si l’accident impliquait deux véhicules. Mais dans le cas d’un accident avec le Metro Express, la police devra être mandée sur les lieux de l’accident pour un constat. Les deux parties, soit le Train Captain et la conductrice, devront donner leur version.  La police devra ensuite faire son enquête et situer les responsabilités », indique-t-il.  Dans une telle situation, Abdel Ruhomutally, directeur de GFA Insurance, indique que l’assurance de celui trouvé coupable devra tout naturellement dédommager la partie adverse. « Sauf bien sûr s’il y a ‘breach of contract’. Comme par exemple, si le conducteur d’un véhicule était sous l’influence de l’alcool au moment de l’accident, son assurance n’interviendra pas. La partie adverse devra alors le poursuivre au civil », dit-il. Pour ce qui est des montants, Abdel Ruhomutally indique que les assurances couvrent un maximum de Rs 150 millions pour le ‘bodily injury’ comme le stipule la loi, mais cela peut varier entre Rs 25 millions et Rs 50 millions pour le ‘material damage’, dépendant de la compagnie d’assurance.  


Metro Express Ltd : « Un assesseur pour évaluer les dommages »

Au niveau de la Metro Express Ltd, on souligne que le tram accidenté a été envoyé au garage et a été remplacé par l’un des deux autres trams qui sont en stand-by. « A partir de là, un assesseur mandaté par la compagnie d’assurance de Metro Express Ltd – un consortium de plusieurs assurances - devra venir évaluer l’étendue des dommages causés au tram », dit-il. Et à notre interlocuteur d’ajouter que si l’enquête policière conclut que la conductrice est fautive, une réclamation sera faite à son assurance pour les réparations effectuées.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP