Live News

Accident : dommages de Rs 2 millions à cinq membres d’une famille

Dr A.G. Jeetoo Rajen et sa famille avaient été admis à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo après cet accident.

Les douloureux souvenirs de cet accident continuent de les hanter. Un drame qui a frappé de plein fouet toute une famille, le 27 juillet 2014. Quatre ans plus tard, elle obtient Rs 2 millions de dommages de la Cour suprême. Une somme qui ne permettra toutefois pas de recoller les mille morceaux de leur existence.

Leur vie ressemblait à un long fleuve tranquille. Le malheur a frappé à leurs portes sans prévenir. Le 27 juillet 2014, Rajen (prénom modifié) était au volant de sa voiture. Il véhiculait son père, sa mère et son frère dans la région de Pailles. Ils n’arriveront pas à leur destination puisqu’une voiture, qui roulait en sens inverse, est venue les percuter de plein fouet. L’impact est d’une telle violence que tous les membres de la famille sont admis à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo à Port-Louis. Cet accident avait été causé par la négligence et l’imprudence du chauffeur qui roulait en sens inverse.

Le traumatisme subi dépasse largement les blessures physiques. Cet accident est venu perturber les projets de mariage de Rajen, entraînant dans la foulée des troubles psychologiques pour sa famille et celle de sa future épouse.

Mariage reporté

« Le mariage, prévu en décembre 2014, a dû être reporté pour des raisons évidentes. Je n’arrive plus à monter à motocyclette ni à faire des activités physiques. Je n’ai plus une vie normale », explique Rajen dans sa plainte. Et il n’est pas au bout de ses peines.

S’il envisageait de reprendre son travail après quelques mois de convalescence, il est contraint d’abandonner, car son état de santé ne le lui permet pas. Cette incapacité à travailler et à pourvoir aux besoins de sa famille le plonge dans une immense tristesse à laquelle vient s’ajouter un sentiment de colère et d’impuissance.

Rajen a fini par se marier. S’il se réjouit d’avoir trouvé une épouse faisant preuve de compréhension et de patience à son égard, il estime néanmoins que cet accident lui a volé une partie de sa vie, de ses rêves et de sa joie de vivre.

D’ailleurs, ses chances de se remettre semblent quasi-inexistantes, car son médecin, le Dr Dyanane Conhyea, a évalué son incapacité physique permanente à 55% à la suite de cet accident du 27 juillet 2014.

Traumatisme psychologique

Quant aux autres membres de sa famille, ils peinent à surmonter cette douloureuse épreuve. Chacun tente de se soutenir mutuellement. Comme Rajen, le traumatisme psychologique cohabite avec les blessures et les douleurs.

C’est ainsi qu’ils ont tous, y compris l’épouse de Rajen, déposé en Cour suprême une plainte datée du 1er décembre 2016, rédigée par les soins de l’avoué Cader Mallam-Hassam. Ils réclamaient initialement Rs 4 305 580 au conducteur de l’autre voiture et à son assureur.

Quatre ans après cet accident, la compagnie d’assurance a accepté de verser des indemnités de Rs 2 millions aux cinq plaignants. Ces derniers avaient également retenu les services de Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel.