Live News

Abus sexuels sur sa nièce de six ans : l’oncle pervers jugé coupable en cour

L’enquête policière avait été menée par la police de Flacq.

Il récupérait sa nièce à l’école sans la permission de la mère de la petite et la conduisait chez lui pour lui faire subir des sévices. Un habitant de Centre-de-Flacq, âgé de 45 ans, a été reconnu coupable en cour intermédiaire sous cinq accusations d’attentat à la pudeur sur sa nièce. La fillette était âgée de six ans au moment des faits en août 2013. Les plaidoiries sont prévues le 30 janvier 2020.

Ce Job Contractor avait plaidé non coupable aux six accusations de « Attempt upon chastity upon a child under the age of 12 » qui pesaient contre lui. Cela en vertu de l’article 249(3) du Code pénal. Le magistrat Raj Seebaluck l’a reconnu coupable sous cinq accusations et a rayé la sixième. Les plaidoiries entourant la sentence sont prévues le 30 janvier 2020. 

À l’énoncé du jugement, le magistrat Seebaluck dit avoir retenu le témoignage de la fillette qui a été très claire et directe. Celle-ci a déclaré que son oncle était venu la chercher dans une voiture blanche appartenant à son employeur à l’insu de sa mère. Cela, malgré le fait, qu’il y avait un chauffeur de taxi qui avait pour tâche de la déposer à l’école et la ramener à la maison tous les jours. 

La fillette a affirmé que son oncle l’a ramenée chez lui et a verrouillé les portes et fenêtres de sa maison avant de lui faire subir des sévices. Ces incidents se sont produits à cinq reprises. L’enfant dit n’avoir rien raconté à ses parents par peur des représailles. 

Lors de son contre-interrogatoire, elle a expliqué pourquoi elle a consigné sa déposition en mars 2015 alors que les incidents s’étaient produits en 2013. Elle a soutenu que l’accusé l’avait menacée. Toutefois, au fur et à mesure que le temps passait, elle avait le sentiment qu’elle ne pouvait plus continuer à mentir à ses parents. De ce fait, elle a tout raconté à sa mère. 

Soutien de la CDU et l’association Pedostop

Par ailleurs, la mère de l’enfant avait été appelée à témoigner au cours du procès. Elle dit avoir pressé son enfant de questions quand celle-ci lui a raconté que son oncle était venu la chercher à l’école. C’est là que la fillette a tout dévoilé à sa mère. 

La mère a souligné qu’elle avait rapporté ce cas à la Child Development Unit (CDU) en janvier 2016. Ce retard est dû au fait qu’elle craignait que son enfant ne soit retenue par la police. Elle s’est rendue à la CDU, en janvier 2016, après que sa fille a reçu le soutien de la police et des officiers de la CDU. 

La petite avait aussi bénéficié du soutien de l’association Pedostop, organisation non-gouvernementale qui lutte contre les abus sexuels sur les enfants. La mère de la victime a maintenu qu’elle n’avait pas aucun problème d’ordre familial avec l’accusé et qu’elle n’a pas formulé de fausse accusation contre lui. 

Pour sa part, l’accusé avait admis lors de son témoignage en cour qu’il était parti récupérer la fillette à l’école sans l’autorisation de sa mère. Toutefois il a ajouté que ses enfants étaient également présents avec la petite. Il a nié avoir emmené sa nièce chez lui en l’absence de ses enfants et d’avoir abusé d’elle.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !