Live News

Abus sexuels allégués dans une école pour malentendants : sept nouvelles dénonciations contre Ibrahim Sorefan

Lors de sa comparution en Cour.

L’enquête de la police de Barkly, dirigée par le chef inspecteur Rajesh Moorghen sur les cas allégués d’abus sexuels sur des enfants fréquentant une école pour malentendants à Beau-Bassin, avance à grands pas. Les enquêteurs sont en présence de dénonciations de sept autres élèves. Ceux-ci allèguent avoir été victimes d’abus perpétrés par Ibrahim Sorefan, un orthophoniste âgé de 24 ans, affecté au sein de cet établissement depuis tout juste un mois. 

Ce dernier est en détention policière depuis mercredi dernier. Il répond d’une accusation provisoire de « Causing A Child to be Sexually Abused ». Il sera de nouveau traduit devant le tribunal de Rose-Hill ce mercredi. Il nous revient que le panel d’enquêteurs avec à sa tête le CI Moorghen compte loger sept autres accusations à son encontre. Des dispositions spéciales en matière de sécurité seront mises en place aux abords du tribunal de Rose-Hill mercredi, car lors de sa comparution la semaine écoulée, les parents des victimes étaient très remontés contre l’accusé.

Lundi, les policiers de Barkly ont conduit le suspect dans les locaux de l’IT Unit aux Casernes centrales. Sur place, la police a procédé à l’examen de son ordinateur personnel, ainsi que deux ordinateurs qu’il avait « manipulés » à l’école des sourds. Pour l’heure, ces appareils n’ont pas encore livré leurs secrets. Les experts basés au sein de l’IT Unit ont débuté l’exercice de clonage, voire l’extraction de la totalité des données se trouvant sur ces appareils informatiques. La police s’intéresse aussi à savoir si le suspect a utilisé ces appareils en vue d’accéder à des sites pornographiques.  

Des gros développements attendus

L’exercice d’extraction de données de ces ordinateurs durera deux jours, voire plus. À la fin de cet exercice, les enquêteurs procéderont à l’examen minutieux de ces données.

Du côté des enquêteurs, il nous revient que de gros développements sont à prévoir très prochainement. Ce mardi, le suspect, orthophoniste de profession, sera probablement examiné par le chef du département médico-légal de la police, Sudesh Kumar Gungadin. 

Un autre exercice majeur dans cette affaire est l’identification du suspect par les victimes. Un exercice de « Screen Identification » très sensible et très délicat, explique-t-on, pourra avoir lieu la semaine prochaine dans les locaux des Casernes centrales. À ce stade, 14 plaintes d’enfants âgés dans la fourchette de cinq à 14 ans ont déjà été déposé au poste de Barkly, à l’encontre de l’orthophoniste Ibrahim Sorefan.

L’Ombudsperson for Children : « Ziska ler zot pankor gagn soutien psikolozik » 

L’Ombudsperson for Children, Rita Venkatasawmy, est intervenue sur Radio Plus au sujet des dénonciations d’abus sexuels faites dans l’école spécialisée. Elle déplore le fait que les enfants, dont les parents ont porté plainte, n’aient bénéficié d’aucun soutien psychologique jusqu’à présent. « Seki intrig mwa seki ziska ler zot pankor gagn soutien psikolozik », a-t-elle dit dans une déclaration. 

Elle a ajouté qu’elle a eu une discussion à ce sujet avec la direction de l’établissement scolaire. « Elle m’a assuré que les examens psychologiques débuteront dès demain (le mardi 28 juin 2022 ; NdlR). » Cependant, Rita Venkatasawmy a précisé que la situation entourant cette affaire est inquiétante : « Nou trouve ki zot koler (celle des parents ; NdlR) ankor palpab. Li pou bien importan ki instor dialog ek zot. »

L’Ombudsperson for Children a fait ressortir que « la mise sur pied d’un programme de week-end thérapeutique en pleine nature ou dans un espace agréable est bénéfique, contrairement à l’examen psychologique traditionnel qui se déroule dans une salle ». 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !