Live News

Abris pour enfants : vers des structures ressemblant à des cellules familiales

Un « shelter », à Terre-Rouge, a dû fermer en début d’année pour non-respect des mesures imposées par les autorités.

Des « family-like settings » seront bientôt introduits dans les abris. Ce qui est en ligne avec les recommandations des Nations Unies. Le bureau de l’Ombudsperson for Children estime que la désinstitutionnalisation des « shelters » permettra aux enfants de bénéficier de soins individuels et davantage d’attention de la part des Carers.  

Vent de changement sur les Shelters. De nouvelles structures, telles des cellules familiales, et composées d’un nombre réduit d’enfants verront le jour. C’est l’approche que devront désormais privilégier les Carers des abris. Ce qui permettra aux instituts d’offrir à leurs pensionnaires une meilleure prise en charge. Ils se conformeront aussi à ce que recommandent des instances internationales, comme l’Organisation des Nations unies. Car certains ne respectent pas les mesures des autorités, au vu des cas mis au jour ces dernières années. 

Dans la pratique, fait-on comprendre au niveau du ministère de l’Égalité des genres et du Bien-être de l’enfant, ce concept gravite autour de petites familles composées de 8 à 10 enfants et de deux adultes. « Le but est de fonder des groupes ressemblant à des familles d’accueil. La reproduction des structures familiales favorisera le bien-être et la réhabilitation des enfants », souligne-t-on. 

Pour l’heure, certains abris ne ressemblent qu’à des dortoirs. « Ce fonctionnement est dépassé. Les pensionnaires, dont la plupart sont issus de régions difficiles, sont en quête d’affection et d’attention. Les petites structures préconisées par les United Nations Guidelines for the Alternative Care of Children favoriseront l’épanouissement des pensionnaires », indique-t-on au niveau du ministère. 

Maurice, précise-t-on, compte 32 maisons d’accueil gérées par 16 organisations non gouvernementales et le National Children’s Council. Le plus petit « shelter » comprend trois pensionnaires, tandis que le plus grand abrite 25 à 30 enfants. Cinq autres sont gérés par l’État. 

Dans une déclaration téléphonique accordée au Défi Quotidien, Rita Venkatasawmy, l’Ombudsperson for Children, estime que ce nouveau cadre permettra aux enfants de bénéficier d’une attention individuelle. Les Carers pourront, poursuit-elle, accorder davantage de temps aux enfants, ce qui sera dans l’intérêt supérieur de ces derniers.

Le Foyer Père Laval risque la fermeture 

La direction du Foyer Père Laval, situé à la route Nicolay, à Port-Louis, est confrontée à un manque de fonds. Il risque ainsi de fermer ses portes. « Nous n’avons aucune visibilité quant à son avenir », fait ressortir le père Jean Maurice Labour. 

Le foyer, poursuit-il, accueille 26 enfants et 30 employés. « Nous sommes en dialogue avec le ministère pour essayer de trouver une solution. Les autorités sont bienveillantes. Il y a une tentative pour essayer de sauver le foyer, mais ce n’est pas gagné », conclut le père Labour.

Colloque de deux jours 

Un colloque de deux jours a été organisé par le bureau de l’Ombudsperson for Children le jeudi 26 mai et le vendredi 27 mai 2022. Les participants ont eu l’occasion d’analyser le fonctionnement des abris pour enfants du pays. L’événement s’articulait autour du theme « Harmonisation of Children’s Act 2020 with the United Nations Convention on the rights of the child: a focus on destitutionalising alternative care for children. »

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !