Live News

Abolition de la taxe résidentielle : le manque à gagner pour les municipalités compensé

Pour l’année financière 2020/2021, la mairie de Port-Louis a récolté plus de Rs 132 millions pour la taxe résidentielle.

Le 1er juillet, la taxe municipale aura disparu. Le revenu généré par cet impôt direct était important pour les mairies, qui l’utilisaient pour financer divers projets et les services de voirie. C’est donc un manque à gagner qu’il faudra compenser.

Àl’Hôtel du gouvernement, on assure que tout a été pris en considération avant d’abolir la taxe résidentielle municipale : « Le ministre des Finances a contacté les cinq villes avant d’introduire cette mesure dans le budget. Ainsi, il coule de source que la subvention accordée aux municipalités va augmenter. » Ce coup de pouce au pouvoir d’achat des citadins ne cache-t-il pas une tentative de séduire l’électorat des villes en vue des prochaines élections municipales qui pourraient, dans ce cas, être organisées très bientôt ? « Cela n’a rien à voir. Le gouvernement annoncera la date des municipales en temps et lieu. Pour le moment, il y a toujours les restrictions sanitaires de la Covid-19 », nous répond-on.

Ce samedi, pendant la conférence de presse du Mouvement socialiste militant, le ministre Maneesh Gobin a rappelé que l’abolition de la taxe municipale figurait dans le manifeste électoral pour les législatives de 2019. « En mars 2020, il y a eu le lockdown et on n’a pas pu implémenter cette mesure. Maintenant, c’est la reprise. On prend nos responsabilités vis-à-vis de notre manifeste électoral. Cela concerne 110 000 foyers. Ce n’était pas juste qu’une partie des habitants du pays paie une taxe résidentielle et l’autre non », a-t-il déclaré.

Hormis la taxe d’habitation qui vient d’être jetée aux oubliettes, les principales sources de revenu des municipalités sont la taxe foncière, les frais commerciaux, les loyers et les frais appliqués aux demandes de permis de construire. S’y ajoutent, entre autres, des revenus publicitaires.

Le maire d’une des cinq villes, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, indique que le gouvernement voulait changer le système depuis quelque temps déjà. « Je suppose que le ministre des Finances s’est renseigné sur les revenus qui entrent dans nos caisses. Avec la taxe résidentielle, on pouvait combler le déficit qu’il y avait. Si le gouvernement augmente la subvention, alors il n’y aura pas de problème. Mais là, on ne sait pas », dit-il.

Un autre maire confirme que pour l’heure, aucune mairie ne connaît le montant additionnel qu’elle recevra sur la subvention de l’État. « On ne veut pas se retrouver dans une situation difficile où l’on ne pourrait plus assurer un service de voirie adéquat. On ne veut pas que les services se dégradent », soutient-il. Pour lui, l’abolition de cette taxe est une mesure populiste qui pourrait avoir un effet contraire à celui escompté. « Comment vont réagir les citadins s’ils voient les services de voirie, les drains ou encore l’état des routes se dégrader ? » demande-t-il.

Un revenu majeur des mairies supprimé

Port-Louis. Pour l’année financière 2020/2021, la municipalité a récolté Rs 132 693 735 au titre de la taxe résidentielle. Il s’agissait du revenu le plus élevé après la subvention de l’État (Rs 623 630 283).

Beau-Bassin/Rose-Hill. La taxe résidentielle a rapporté Rs 48 047 063 à la mairie pour l’année financière 2018/2019. C’était son troisième revenu derrière la subvention de l’État (Rs 372 997 670) et les autres subventions reçues (Rs 101 390 418).

Quatre-Bornes. Rs 36 millions de taxe résidentielle ont été collectées en 2019/2020. La subvention de l’État était de Rs 286 554 000.

Curepipe. La taxe résidentielle a rapporté Rs 16 794 613 pour l’année financière 2019/2020. La subvention de l’État était de Rs 351 100 512.
Vacoas. Pas de bilan financier disponible.

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !