Live News

35 ans de servitude pénale pour avoir tué sa grand-mère - La mère Aashish Runomally : «Monn perdi mo mama, monn perdi mo garson»

Depuis ce meurtre, Madhvi a choisi de ne pas adresser la parole à Aashish, ni ne lui a-t-elle rendu visite à la prison.

Madhvi Mohorun dit être écartelée entre ses sentiments de fille de la victime et de mère du meurtrier. Celui-ci était accroc à la drogue synthétique et volait sa grand-mère.  

Vallée-des-Prêtres est plongé dans la pénombre. Une lampe en terre cuite allumée devant la modeste maison, au fin fond de la cour familiale, indique que Madhvi Mohorun est rentrée. La mine déconfite, la cuisinière de 44 ans se fait violence pour ne pas à avoir à crier toute sa peine et à déverser un torrent de larmes. L’aîné de ses deux fils, Aashish Runomally, 20 ans, a été condamné aux Assises, le mardi 12 octobre, à 35 ans de servitude pénale. Ce verdict la ramène à la journée fatidique du jeudi 22 août 2019, où son fils a sauvagement tué sa mère, Mohini Devi Mohorun, 61 ans. 

« Monn perdi mo mama, monn perdi mo garson », glisse-t-elle, écartelée par ses sentiments de fille et de mère. Depuis ce meurtre, Madhvi a choisi de ne pas adresser la parole à Aashish, ni ne lui a-t-elle rendu visite à la prison où il avait été placé en détention préventive. Elle ressasse la même question : sa mère aurait-elle encore été de ce monde si elle avait bien élevé son fils ? Les doutes l’assaillent. Les remords la rongent. Que se serait-il passé, si elle ne s’était pas séparée de son époux, trois ans plus tôt, pour venir vivre aux côtés de sa mère à Vallée-des-Prêtres ? 

Aashish a vécu pendant un moment chez son père, à Bois-Rouge, Pamplemousses, avant de venir la rejoindre. En raison de ses mauvaises fréquentations, il était devenu accro à la drogue synthétique. Il ne manquait pas une occasion pour voler l’argent de sa grand-mère ou de son oncle maternel, dont la maison se dresse en face de celle de Madhvi. « Nous avions constaté qu’il nous manquait de l’argent ou un bijou. Nous n’avons jamais soupçonné que le voleur pouvait être Aashish », se désole cet oncle. Il était en voyage en Chine, lorsque le drame s’est joué à son domicile.

Il avait bien préparé son coup. Il avait aiguisé le couteau de cuisine et avait découpé le raccord de la bonbonne de gaz, afin de faire exploser la maison»

Aashish était parvenu à obtenir un double des clés de la maison. Sa tante étant au travail et croyant que sa grand-mère était aux champs, il s’était mis à chercher de quoi financer sa dose lorsque celle-ci l’a surpris. Elle l’a sermonné et annoncé qu’elle allait le dénoncer à la famille, ainsi qu’aux voisins. « Mo pou fer twa gayn onte », lui avait-elle assuré. Il a ainsi prémédité le meurtre. Il a forcé la porte de derrière avec un pied de biche et apostrophé Mohini quant à ses intentions. « To pou dir ? » lui a-t-il lancé avant de la larder de coups de couteau, lorsqu’elle a acquiescé.

Afin de maquiller le crime, Aashish a réuni les chiffons trainant dans la cour et les a placés dans la machine à laver de son oncle, avant d’y mettre le feu. « Il avait bien préparé son coup. Il avait aiguisé le couteau de cuisine et avait découpé le raccord de la bonbonne de gaz, afin de faire exploser la maison », se désole son oncle. Le pire a pu être évité lorsque Madhvi est arrivée de Ste-Croix. En la voyant au portail situé quelque 400 mètres plus loin et sachant qu’elle a pour habitude d’aller saluer sa mère, Aashish l’a contactée sur portable, pour lui signaler qu’il y avait un incendie chez celle-ci.

Madhvi l’enjoindra alors de contacter les pompiers. Ils découvriront le corps intact, mais meurtri de Mohini, après avoir circonscris les flammes. L’équipe de l’inspecteur Ramjheetun, de la Major Crimes Investigation Team (MCIT), interrogera Aashish, des voisins l’ayant vu tourner autour de la maison peu avant l’incendie. L’empreinte génétique de sa grand-mère sera découverte dans son short : après l’avoir poignardée, il avait glissé le couteau sur sa hanche, à l’intérieur de ce vêtement. L’arme du crime sera retrouvée dans une plantation de « songes » chez un voisin.

Face à ces éléments et du fait qu’il a déjà été arrêté pour un vol dans un garage, pour lequel il attend d’être jugé, le jeune homme s’est mis à table. Aashish a aussi avoué avoir pris Rs 1 300 à sa grand-mère, alors qu’elle agonisait. Le juge Iqbal Maghooa a expliqué qu’un tel crime mérite jusqu’à 60 ans de servitude pénale. Il considère qu’une peine de 35 ans est indiqué dans ce cas, étant donné qu’il a admis avoir commis ce crime et qu’il avait 18 ans au moment des faits. 

« Linn dir kan li sorti, li pou get mwa, pa kone si mo pou ankor lamem », soupire Madhvi, le cœur gros. Elle aura tout le temps à se décider si elle voudra encore revoir ce fils. Pour le moment, elle pense à consoler son cadet et à contacter son ex-époux pour lui dire de prendre courage face à ce coup du sort. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !