Explik Ou Ka

À 12 ans, elle est une «child beyond control» : le cri d’une mère pour placer sa fille dans un foyer

Diana Diana est une enfant incontrôlable.

À 12 ans, elle fait sa mère et son voisinage voir de toutes les couleurs. Considérée comme un ‘child beyond control’, elle casse tout dans la maison. Elle a été renvoyée de l’école primaire, de l’école spécialisée et même du RYC. Désespérée, cette mère sollicite de l’aide auprès des autorités concernées pour placer sa fille dans un foyer.

Nathalie, 45 ans, est désemparée. Cette mère de cinq enfants, issus de trois lignées, explique que sa fille Diana (prénom modifié), 12 ans, est devenue incontrôlable. « Elle n’écoute personne, elle ne respecte personne. Elle brise tout dans la maison. » Cette habitante de  ‘Camp Ti Rodrigue’, Cité La Cure, poursuit que sa fille se bagarre même avec des jeunes de son quartier. Souvent, des voisins sont venus porter plaintes sur son comportement. « Li rod la ger avek bann voizin sirtou bann zenn ek li insilte zot. Li mem baign nu dan lakour devan bann voizin », se lamente sa mère, ‘Kitchen Helper’.

À l’école, elle sème la pagaille, elle n’écoute pas les instituteurs et dérange les autres élèves. Cette mère rappelle qu’elle a été même jusqu’à informer la Child Development Unit (CDU) sur le comportement de sa fille. À maintes reprises, elle s’est rendue à la police pour rapporter le comportement de sa fille. Mais en vain, Diana ne change point.

Son dernier fracas à la maison remonte au 7 février. Sa mère raconte qu’à l’accoutumée, aux alentours de 15h30, elle prépare le dîner avant de partir travailler dans l’après-midi, où elle exerce comme ‘Kitchen Helper’. Mais ce jour-là, Diana a commencé à lancer des pierres sur le toit de la maison en tôle. « Kan monn dir li aret fer sa, linn pran ros li koumans avoy lor karo vit. Linn kraz tou. Monn fer la polis Aberkrombi kone, zonn pran li zonn ale. Monn dir kit li dan enn sant. Asoir ver 21h30 zot revinn kit li lakaz », relate sa mère qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Nathalie n’a pas eu une vie facile. Elle avait été abandonnée par son premier concubin après qu’elle ait eu deux filles avec lui. Les deux filles ont été prises en charge par la CDU et placée dans un shelter jusqu’à leur âge majoritaire. Âgées aujourd’hui de plus d’une vingtaine d’années, elles ont fait leur vie et sont indépendantes. Par la suite, Nathalie se remet en concubinage avec un maçon et retombe enceinte. Elle connaît un nouvel abandon et se retrouve avec Diana sur les bras. Nathalie fait une autre rencontre et ce dernier décide de se marier civilement avec elle. Diana n’avait que deux ans. De cette troisième union, Nathalie met au monde deux garçons, aujourd’hui âgés de 10 ans et 5 ans.

Cependant, depuis son très jeune âge, Diana a toujours démontré des comportements violents. Si bien qu’elle est qualifiée de « violente et turbulente». L’école gouvernement dont elle fréquentait l’avait même renvoyée parce qu’elle frappait d’autres d’élèves. C’est ainsi qu’elle a été envoyée dans une école spécialisée, explique sa mère. Mais après des plaintes pour « misbehaviour », en août 2019, le magistrat a ordonné de la renvoyer au RYC, centre de réhabi;itation pour mineurs,  pour une période de trois mois. Là-bas, elle a aussi semé la terreur, à tel point que des officiers ont demandé à Nathalie de reprendre Diana, car ils ne peuvent plus avec elle. « RYC finn telefonn mwa ek inn dir mwa vinn pran mo zanfan. Nou pa kapav ek li. Li pe kraz partou ek li lager avek lezot zanfan.»

Diana est sortie du RYC en décembre 2019. Sa mère rappelle que depuis rien n’a changé dans son comportement. «Li pa per pou al naze dan enn larivier nu dan landroi. Mo enn fam ki travay. So boper travay osi. Pou so prop sekirite, pou personn pa abiz-li, nou ti pou kontan ki plas li dan enn shelter », conclut sa mère Nathalie, toute désespérée.

Cette mère lance un cri du cœur en vue de trouver une aide auprès des autorités concernées pour placer sa fille dans un foyer.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !