[Vidéo] Zoom sur les méfaits du tabagisme

By Shalini Raggoo O commentaire //
En raison des méfaits du tabagisme sur la santé, plusieurs pays mettent les bouchées doubles pour endiguer ce fléau qui ronge la société. Parmi les mesures mises en place cette année, les pays sont appelés à se préparer au conditionnement neutre des produits du tabac.

Nombre de cigarettes importées par an

2015 : 986 480 000 cigarettes 2014 : 995 540 cigarettes 2013 :  978 520 cigarettes 2009 : 1 306 406 000 cigarettes

Plusieurs pays tentent tant bien que mal d’appliquer des mesures efficaces pour lutter contre le tabagisme. Dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac, célébrée ce mardi 31 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel aux pays du monde pour standardiser les produits du tabac. Le conditionnement neutre est une mesure dissuasive dans la réduction du tabagisme, selon l’OMS. Celle-ci insiste sur la nécessité d’augmenter l’efficacité des mises en garde sanitaires et de limiter les étiquetages trompeurs et publicitaires, dont le logo de l’industrie du tabac.

La situation à Maurice

En 2008, les Public Health (Restrictions on Tobacco Products) Regulations 2008 ont été promulgués à Maurice. Les mesures législatives importantes comprennent, entre autres, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, de vendre des produits du tabac aux mineurs et par les mineurs, et de vendre des cigarettes au détail. En outre, la promotion, la publicité et le parrainage des produits du tabac sont interdits. Les boîtes de cigarettes mises en vente à Maurice doivent obligatoirement avoir une des huit mises en gardes sanitaires prescrites par la loi. Toutefois, selon le Mauritius NCD Survey 2015, il y a un rajeunissement de la consommation du tabac chez les hommes et les femmes. La prévalence du tabagisme était la plus élevée chez les jeunes, avec plus de 50 % des hommes âgés de 19 à 24 ans. [[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"18235","attributes":{"class":"media-image aligncenter size-full wp-image-31073","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"1162","alt":"Smokers"}}]]   Alors que plusieurs autres pays, à l’instar de l’Australie, ont déjà voté pour cette loi (voir hors-texte) et tenant compte du thème de cette année, on s’interroge sur la position de Maurice sur le conditionnement neutre. Le Dr Anil Deelchand, du ministère de la Santé, précise que, selon le Plan d’action sur le tabac 2016-2019, le ministère compte mettre en œuvre dans un proche avenir le conditionnement neutre pour combattre le tabagisme à Maurice. « Entre-temps, des campagnes de sensibilisation sont organisées régulièrement toute l’année pour sensibiliser la population aux méfaits de la cigarette. Des spots publicitaires antitabac sont également diffusés à la radio et à la télévision. D’ailleurs, selon le rapport de 2015 sur les maladies non transmissibles, le taux de fumeurs âgés de 18 ans et plus a baissé de 40 % en 2009 à 38 % en 2015. La prévalence du tabagisme est passée de 21 % en 2009 à 19 % en 2015 », affirme le Dr Deelchand.

L’État accuse du retard

Véronique Le Clézio, de Vie et Santé, estime que Maurice aurait déjà dû appliquer cette loi antitabac. Elle souligne néanmoins que le ministère de la Santé a déployé de gros efforts dans le passé pour se conformer aux mesures préconisées par le traité international de la lutte antitabac. La présidente de VISA précise que les images sur les paquets de cigarettes doivent être renouvelées tous les deux ans. « En 2009, nous avons été un des premiers pays en Afrique à mettre des mises en garde sanitaires sur les paquets de cigarettes. Nous avons cinq ans de retard alors que Maurice était un exemple pour le monde. Il serait important que ces nouvelles images paraissent ici sur les paquets de conditionnement neutres au plus vite pour aider à sauver des vies humaines, plus particulièrement dans les populations les plus à risques : les pauvres, les enfants et les femmes qui sont les cibles privilégiées de l’industrie du tabac », prévient Véronique Le Clézio.
 

Est-ce possible de ne plus être accro aux cigarettes ?

Certains estiment que c’est impossible d’arrêter de fumer. Sanjay Bandu, de la Ligue Vie et Santé, ne partage pas cet avis. Pour lui, il suffit de faire le bon choix. Il donne quelques conseils pour arrêter de fumer. Il fait aussi ressortir qu’il faut trouver des activités compensatoires, comme le bricolage, la peinture, la musique, le jardinage pour ne pas rechuter.
  • Fumez votre dernière cigarette et répétez la phrase : « J’ai choisi de cesser de fumer. »
  • Débarrassez-vous de tout votre attirail de fumeur.
  • Respirez profondément pour chasser le monoxyde de carbone (CO) et mieux oxygéner vos cellules.
  • Buvez beaucoup d’eau pour éliminer la nicotine de votre corps, ce qui vous permettra de vous libérer de la dépendance.
  • Mangez abondamment des fruits riches en vitamine C pendant les premières 48 heures. Faites une activité physique adaptée à votre condition. Les exercices permettront à votre cerveau de libérer de l’endorphine qui compensera les effets du manque.

 

La consommation du tabac à Maurice en 2015

En 2015, selon le Mauritius NCD Survey, la prévalence du tabac était de 19,3 % : 3,9 % chez les femmes et 38 % chez les hommes. Conformément aux WHO Global NCD Action Plan Indicators, la prévalence du tabagisme, chez les 18 à 74 ans, était de 19,7 % : 4,1 % chez les femmes et 38,5 % chez les hommes. On note que la consommation du tabac chez les hommes âgés de 25 à 34 ans est plus élevée. Le pourcentage de fumeuses âgées de 18 à 24 ans est de 7,2 %. 11 %  des personnes âgées de 65 ans et plus ne fument plus.
 

VISA en campagne

Les membres et volontaires de l’organisation non gouvernementale VISA seront à pied d’œuvre au trois gares routières de Port-Louis (Victoria, Immigration et Plaine-Verte) ce mardi 31 mai. Objectif : sensibiliser le public sur les méfaits du tabagisme dans les lieux publics. Des stickers seront collés dans les autobus et taxis pour rappeler aux chauffeurs et usagers de ce mode de transport qu’il est interdit de fumer dans ces véhicules. La campagne se tiendra de 9 h 30 à 15 h 30. L’ONG bénéficie de la collaboration de la force policière.


 

Danny Philippe, coordinateur de LEAD: « une hausse des prix ne décourage pas la consommation »

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"18236","attributes":{"class":"media-image alignleft size-full wp-image-31074","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"253","alt":"Danny Philippe"}}]]Les logos sur les emballages ont-ils découragé le tabagisme ? Le ministère de la Santé a certes pris des mesures, mais le pays n’a jamais mis en place une stratégie de prévention. Le ministre organise plutôt des campagnes médiatiques au lieu d’opérations dissuasives. Une hausse du prix de la cigarette ne va en aucun cas décourager les fumeurs. Les autres pays doivent avoir des raisons valables pour avoir opté pour le conditionnement neutre, au lieu de mettre l’accent sur des mises en garde choc, illustrant les conséquences du tabac sur la santé. Quelle est la situation dans la réalité ? Malgré le fait que les autorités déploient plusieurs moyens pour réduire le tabagisme, nous avons constaté que dans la tranche d’âge 14 ans et plus, de plus en plus de filles fument. Les chiffres par rapport à l’importation indiquent clairement que la demande est en hausse. Les jeunes ne se rendent pas compte que c’est un problème de santé. Cela est dû à l’ignorance des dangers liés à la drogue. Quelles sont les solutions ? Il faut plutôt cibler les jeunes dans les écoles et toute la communauté. Il faut leur faire comprendre que la cigarette est une drogue et qu’elle crée une dépendance. Un programme holistique est plus efficace pour leur expliquer les effets néfastes de la nicotine. On ne peut pas effrayer les jeunes en mettant des photos. Ils ne font même pas attention aux images sur les boîtes de cigarettes. À LEAD, nous avons mis en place un programme novateur ainsi qu’une pédagogie que nous expliquons dans plusieurs quartiers du pays. Il faut bien sûr éduquer les parents et les jeunes.
 

Les pays ayant opté pour le conditionnement neutre

Plusieurs pays ont décidé de mettre en application le conditionnement neutre. L’Australie a été le premier pays à le mettre en pratique en 2012. L’objectif était de ramener la consommation du tabac de la population à 10 % ou moins. . L’Irlande et le Royaume-Uni ont promulgué cette loi en 2015, et l’Irlande du Nord et la France un an après. Il convient de noter que plusieurs autres pays envisagent sérieusement d’imposer cette loi.
 

Témoignage

Deven Appasamy, 38 ans: « Ce ne sont que des publicités » « On devrait arrêter de mettre ce type de photos sur les boîtes de cigarettes. Ce ne sont que des publicités. Cela ne décourage pas les fumeurs car c’est psychologique. Nous sommes conscients de la justesse de cette mesure en vue de réduire le tabagisme. Je ne fume pas car je suis au courant des risques. J’estime que c’est l’éducation des jeunes sur les méfaits du tabac qui serait la solution. » Michael Clair, 25 ans: « Les fumeurs ne font que jeter les boîtes » « Bon nombre de personnes ont essayé d’abandonner la cigarette car elles sont de plus en plus conscientes de leur santé. Ce n’est certainement pas à cause de l’emballage, mais plutôt à cause des effets néfastes de la nicotine. Ceux qui sont accros à la cigarette ne font que jeter la boîte et préserver le contenu dans une autre qui est personnalisée. » Martine Norbert, 42 ans: « J’achète au détail pour ne pas voir les photos » « Cela m’a aidée à fumer moins de cigarettes au quotidien. Normalement, j’achetais un paquet de 20, mais depuis que j’ai vu les photos sur les boîtes, j’achète au détail pour éviter de les voir. Grâce à cette pratique je fume moins et je dépense moins. Aujourd’hui, je réalise que j’ai gaspillé beaucoup d’argent pendant toutes ces années. » Yogini Biwa, 28 ans: « Cela ne m’a jamais découragée » « Je fume depuis l’âge de 20 ans. Au départ, ce n’était que pour socialiser lors de soirées. Mais graduellement, c’est devenu une habitude. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une dépendance car je peux cesser de fumer à tout moment. C’est une question de volonté. Je ne regarde jamais l’emballage maintenant. Au début, je choisissais des photos moins choquantes. Je voulais à tout prix éviter de voir la photo. Par exemple, je ne retirais jamais la boîte de mon sac. Je demandais tout simplement à une amie de me donner une cigarette. Or, tout cela ne m’a jamais découragée de fumer. »