Voyage au cœur de la Terre sainte

Par Nathalie Marion Mungur O commentaire
Terre sainte

Israël possède une riche mosaïque d’histoire religieuse. De la ville de Jaffa, abritant le plus ancien port du monde, au tombeau de Jésus en passant par Cana où eut lieu le miracle de l’eau changé en vin … Visiter les lieux de la Terre Sainte promet des souvenirs qui resteront gravés dans la mémoire.

« C’est un rêve qui s’est réalisé pour moi. Ma vie a changé après mon pèlerinage en Terre Sainte. J’ai vécu une expérience formidable », raconte Marie France Bernard, retraitée, qui trouve difficilement les mots pour exprimer l’immense bonheur qu’elle a ressenti au cours de cette aventure spirituelle unique qu’elle a vécue avec Atom Travel. D’ailleurs, elle compte se rendre en Terre Sainte encore une fois, car son pèlerinage lui a permis de découvrir les fondements de sa foi chrétienne.

« Ce que j’avais appris à travers la Bible ou lors des messes était quelque peu flou avant que je m’y rende. Aujourd’hui, tout est plus concret et ma foi est d’autant plus renforcée. D’ailleurs, je compte faire un deuxième pèlerinage », explique Marie France.

Site du baptême.

 

En effet, les lieux saints permettent de se rappeler de la vie du Christ. Mais la Terre Sainte, c’est aussi aller à la découverte de la richesse des rites et traditions et ce, en toute sécurité. Car contrairement à l’image d'Israël que projettent les médias, la visite des hauts lieux du christianisme se passe très loin des bombardements. Pas l’ombre d’un char. C’est à peine si l'on aperçoit des soldats.

Qui plus est, c’est avec un grand sourire qu’ils accueillent les pèlerins et les touristes venus découvrir la richesse historique et culturelle de leur pays. Flâner dans les rues, même la nuit, se passe sans anicroche. Les habitants ne se gênent pas pour se rendre dans les restaurants ou autre lieu de détente jusqu’à tard dans la soirée. Certains fument leur shisha, d’autres savourent leur repas dans la bonne humeur en famille. Les touristes sont, quant à eux, accueillis à bras ouverts. D’ailleurs, l'activité touristique est un secteur clé de l’économie israélienne. En 2017, 3,6 millions de touristes ont visité Israël et 25 % d’entre eux étaient des pèlerins. Ce chiffre, en constante augmentation, témoigne de l’intérêt grandissant pour les pèlerinages.

Destination très prisée

À l'instar des Mauriciens... « La Terre Sainte est une destination très prisée par les Mauriciens pour son cachet spirituel et historique. Chez Atom Travel, nous organisons des pèlerinages plusieurs fois durant l’année afin de permettre aux Mauriciens de vivre leur rêve. D’ailleurs, notre prix reste très compétitif par rapport à la multitude de hauts lieux bibliques et culturels que les pèlerins ont l’occasion de découvrir lors de leur séjour », précise Caroline Chen, directrice d’Atom Travel. Cette agence de voyage mauricienne propose une multitude de circuits à travers le monde, notamment des pèlerinages.

Ainsi pour les prochains mois, Atom Travel prévoit un pèlerinage « Sur les Pas des Saints Polonais  », du 8 au 19 mai. Ceux et celles qui préfèrent découvrir les « Sanctuaires de France » pourront s’y rendre du 15 au 29 mai. Et pour ceux qui veulent découvrir la Terre Sainte, Atom Travel y prévoit un pèlerinage du 31 mai au 12 juin et du 19 septembre au 1er octobre.

Pour se rendre en Terre Sainte, les pèlerins font le trajet Maurice-Istanbul et Istanbul-Tel Aviv à bord d’un des avions de Turkish Airlines, qui est désormais l'une des compagnies aériennes quatre étoiles connaissant la croissance la plus rapide.

C’est sous le ciel ensoleillé de Jaffa, et une température oscillant entre 10 et 15 degrés, que débute le voyage en Terre Sainte. Pour cette aventure chargée d’histoire, c’est Margot, notre guide, qui nous accompagnera sur les pas de Jésus Christ.


Tel Aviv

La ville de Jaffa a 3 500 années d’histoire.

La vieille ville de Jaffa et le port le plus ancien du monde

Située à l’extrémité sud de Tel-Aviv, la vieille ville de Jaffa, enrichie de ses 3 500 ans d’histoire, abrite le port le plus ancien du monde. C’est dans ce port que furent débarqués les bois de cèdre du Liban pour la construction du temple du roi Salomon. C’est aussi à Jaffa que Saint-Pierre ramena Tabitha à la vie. Une halte à Jaffa permet de découvrir ses galeries d’art, sa promenade, ses restaurants, ses magasins sans oublier que le visiteur sera bercé par le chant du muezzin qui émane du minaret de la mosquée de la Hassan Bek, aussi connue comme la Mosquée de la mer. Le port est, quant à lui, une marina pittoresque pour les pêcheurs locaux et les propriétaires de bateaux de plaisance.

Église de Saint-Pierre à Jaffa

L’église de Saint-Pierre surplombe la place principale de la vieille ville de Jaffa. À l’origine, cette église servait de maison d’hôte où logeaient les pèlerins désireux de se rendre à Jérusalem. Dans l’église, on peut admirer les vitraux créés par le Bavarois Zettler de Munich et le tableau du peintre catalan Ribot sur l’autel principal.


Nazareth

Atelier de Joseph.

La maison de Marie dans la basilique de l’Annonciation

Nul doute que l'endroit le plus visité de Nazareth est la basilique de l'Annonciation. Selon notre guide, la basilique de l'Annonciation est associée à l'apparition de l'ange Gabriel à Marie.

La basilique est constituée de deux églises superposées. Dans celle située au niveau inférieur, se trouve la grotte de l'Annonciation où Marie a vécu. De la maison elle-même, il ne reste que la partie creusée dans le rocher et un petit escalier de pierre. Dans l'église à l'étage, on peut admirer de belles fresques contemporaines qui proviennent de partout à travers le monde et qui représentent la Vierge et l’enfant Jésus.

L’atelier de Joseph

Situé à 200 mètres de la basilique de l’Annonciation, l'église Saint-Joseph a été construite en 1914 sur le site où se trouvait l'atelier de menuiserie de l'époux de Marie, Joseph. À l’intérieur, on y découvre une cage d'escalier menant à l'étage inférieur où se trouve la grotte qui pourrait avoir été l'atelier de Joseph.


Bethléem

Église de Nativité.

Église de la Nativité

Cette église de Bethléem, située en Cisjordanie, a été construite sur une grotte qui est connue comme le lieu de naissance de Jésus Christ. En descendant les marches jusqu’à la grotte, on découvre un autel. Sous l’autel se trouve une roche entourée d’une étoile avec l’inscription en latin « Hic de vergine Maria Iesus Christus natus est », en mémoire du lieu précis de la Nativité. Les nombreuses personnes qui visitent le lieu de la nativité ont pour habitude d’embrasser la roche.


Tabgha

L'église où a eu lieu la multiplication des pains et du poisson.

L’église de la multiplication des pains

L'église de la Multiplication est située à Tabgha sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade. Elle se trouve sur les vestiges d'une église du IVe siècle et d'une basilique du Ve siècle. Dans cette église, on découvre des mosaïques figuratives de l’art chrétien, les plus anciennes trouvées en Terre Sainte jusqu’à aujourd'hui. Parmi, la célèbre mosaïque des pains et du poisson qui se trouve au pied de l’autel.

Sous l'autel se trouve la pierre qui est vénérée comme étant celle où Jésus avait accompli le miracle de la multiplication des pains et du poisson. À noter toutefois que cette église avait été endommagée et incendiée à la suite d'attaques par des militants israéliens en 2014 et 2015. Elle a été restaurée et ouverte au public en 2017.

Eglise primaute de St Pierre

Église de la Primauté de Saint-Pierre

Toujours à Tabgha, se trouve l'église de la primauté de Pierre. Cette église, construite en 1933, est l’endroit où Jésus confia à Pierre la garde de son Église. L’endroit est une ancienne carrière de pierres. Le vaste rocher de granit à l’intérieur de l’église reste son attraction principale et il est aujourd’hui encore connu comme la « Mensa Christi », c'est-à-dire la table qui a servi au repas préparé par le Christ pour ses apôtres.

Capharnaüm : la maison de Pierre

Capharnaüm vestiges de la synagogue.

Capharnaüm, village de pêcheurs, est situé en Galilée. Selon notre guide, cet endroit joue un rôle particulier dans la vie du Christ. Les Évangiles racontent que Jésus, au début de sa vie publique, quitte Nazareth pour s’établir à Capharnaüm et y désigna ses premiers disciples. On trouve sur le site les restes de l'ancienne ville. On peut y admirer les vestiges d'une synagogue monumentale de l'époque byzantine et surtout la maison de Pierre, au-dessus de laquelle a été construite une église catholique moderne. Jésus y avait accompli plusieurs miracles, notamment les guérisons du serviteur, de la belle-mère de l'apôtre Pierre et d'un paralytique.

Lac de Tiberiade.

Lac de Tibériade

Selon les Évangiles, Jésus a marché sur les eaux du lac de Tibériade pour convaincre Pierre de ses pouvoirs divins et du miracle de la multiplication des poissons.


Galilée

Cana : lieu du premier miracle

Cette jarre exposée en vitrine aurait servi lors des fameuses noces.

Le site de Cana se trouve à environ 8 km de la ville de Nazareth. C'est à Cana en Galilée que Jésus, invité à des noces (Noces de Cana) où le vin vint à manquer, demanda aux serviteurs de ses hôtes de remplir six jarres d'eau, qui se changea en « bon vin ». Sur le site, on y voit une jarre en pierre exposée dans une vitrine et qui aurait servi lors des fameuses noces. Outre les pèlerinages qui se déroulent traditionnellement dans cette localité, de nombreux couples de chrétiens viennent y renouveler les vœux sacrés du mariage. Ceux qui souhaitent se procurer du « vin des noces de Cana » trouveront leur compte dans les petites boutiques qui commercialisent le vin produit par le monastère.


Césarée

Le Parc national de Césarée

Le Parc national de Césarée est l’un des sites archéologiques les plus représentatifs des diverses époques d’occupation de la terre d’Israël. Sa visite est une remontée dans l’Histoire à travers les différentes périodes de domination hellénistique, phénicienne, ammonéenne et romaine. Les vestiges de ce passé lointain y sont présents. On y découvre notamment l'ancienne ville construite sur le site par le roi Hérode, le palais royal, les rues de la ville ou encore le grand amphithéâtre romain où des concerts et des événements y sont toujours régulièrement organisés.


Jérusalem

Église de Saint-Sépulcre.

Mur des Lamentations

Le Mur des Lamentations, également appelé Mur occidental, est situé sur une esplanade de Jérusalem. C’est un vestige du second temple de Jérusalem, tel qu'il a été reconstruit et embelli par Hérode. Le pan toujours visible constitue la partie inférieure du mur de soutènement de l'esplanade qu'Hérode avait fait agrandir lors des travaux. Sa longueur totale atteint 485 mètres. De nos jours, le Mur des Lamentations à Jérusalem représente le lieu le plus sacré pour les Juifs, en raison de sa proximité avec le Saint des Saints. Devant le Mur des Lamentations, les Juifs pleurent la ruine du Temple et l'exil d'Israël, d'où l'appellation du « Mur des lamentations ». Les pèlerins y viennent pour prier en touchant le mur, certains inscrivent leurs prières sur des papiers qu'ils insèrent dans les fissures entre les pierres, mais hommes et femmes le font chacun de leur côté. Bien que le mur soit principalement connu pour être un lieu sacré pour les Juifs, il a également une signification importante pour les musulmans, puisqu'il soutient l'esplanade sur laquelle se trouve le dôme du Rocher.

Le Jardin des Oliviers.

Le Jardin des Oliviers

Le Jardin des Oliviers se trouve à l’ouest de la vallée du Cédron à Jérusalem. Une grille permet aux pèlerins de se promener autour des oliviers centenaires. En se promenant le long du périmètre du jardin, il est également possible d’observer l’olivier planté par le pape Paul VI, le 4 janvier 1964, lors de son pèlerinage en Terre sainte.

Église de toutes les nations

À proximité du Jardin des Oliviers se trouve l’église de toutes les Nations. La basilique fut construite autour du rocher de l’Agonie sur lequel Jésus se reposa la nuit qui précéda son arrestation. L’église à l’allure sombre reconstitue l’atmosphère des terribles souffrances de Jésus. Les fenêtres sont ornées de vitraux sombres ; au sol, certaines mosaïques présentent des motifs de ciel gris étoilé.

Via Dolorosa : le Chemin de la Douleur

Le Chemin de la Douleur est le parcours accompli par Jésus après sa condamnation, jusqu’au lieu de sa crucifixion. La Via Dolorosa commence dans le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem et se termine à l’église du Saint Sépulcre. Le parcours passe par les 14 Stations de la Croix, chacune commémorant un événement important de la Passion du Christ. Cinq de ces stations se trouvent au sein du complexe du Saint Sépulcre. Les pèlerins méditent les quatorze stations de la Passion en traversant les quartiers musulman, juif et chrétien, de la Via Dolorosa au Saint-Sépulcre.

Église de Saint-Sépulcre

Principal lieu saint du christianisme, le Saint-Sépulcre représente le centre du quartier chrétien. Depuis le IVe siècle, les pèlerins prient dans cette église à l'endroit où Jésus a été crucifié, mis à mort et est ressuscité. En pénétrant dans  l’Église de la Résurrection, comme l’appellent les chrétiens, on arrive dans un lieu plutôt sombre et frais, où s’entremêlent mosaïques, chapelles, prêtres de tous rites et de très nombreux visiteurs. Au centre, se trouve le Saint-Sépulcre qui conserve le tombeau de Jésus. L'édicule est composé de deux pièces. La première est la chapelle de l'Ange au centre de laquelle est conservé un fragment du rocher sur lequel se serait assis l'ange quand les femmes se rendirent au tombeau déjà vide, après la résurrection du Christ. La deuxième pièce, très étroite, conserve le tombeau de Jésus. Une plaque de marbre de couleur rose recouvre le tombeau où s’inclinent les pèlerins pour prier.


Jéricho

Le monastère de la Tentation.

Monastère de la Tentation

C’est à bord d’un téléphérique que les pèlerins se rendent jusqu’au Mont de la Tentation et son Monastère de la Quarantaine, accroché à flanc de montagne. Le sommet atteint près de 350 mètres au-dessus du niveau de la mer et offre une vue panoramique de la vallée du Jourdain. C’est l’endroit où Jésus a passé 40 jours et 40 nuits à jeûner et méditer durant la tentation de Satan. Après avoir grimpé 50 marches d’un long escalier, taillé dans la roche, on découvre le monastère. Tout en haut, le lieu de culte : la chapelle construite sur la grotte où Jésus a médité et prié pendant sa retraite. Construit au VIe siècle par les Byzantins, le monastère est sous la garde de l’Église orthodoxe grecque et des moines le surveillent encore. La chapelle regorge de tableaux et dans une vitrine, on y découvre la pierre où Jésus a médité.

Après avoir parcouru un paysage désertique, on arrive sur le site du Baptême qui se trouve sur le cours inférieur du fleuve Jourdain, une étroite rivière à l'est de la ville de Jéricho. Là, on découvre des dizaines des pèlerins d’origine russe qui s’immergent dans l’eau pour leur baptême. Comme eux, des chrétiens à travers le monde tiennent à se faire baptiser dans les eaux du Jourdain, là où Jésus, a été baptisé par Jean-Baptiste.


La Mer morte

Le lac le plus salé du monde

La Mer Morte.

Lors d’un voyage en Israël, on ne peut pas faire l’impasse sur la découverte de la Mer morte. D’une surface approximative de 810 km2, la mer morte est un lac salé. Ce qui fait sa particularité, c’est la salinité de l’eau qui est environ 27,5 % alors que la moyenne de l’eau de mer classique oscille entre 2 et 4 %. Aucun poisson ni aucune algue macroscopique ne peut survivre, ce qui lui vaut le nom de « Mer morte ».  De plus, elle est en dessous du niveau de la mer, soit à -422 mètres, d’où la température plus ou moins chaude qui se fait sentir tout au long de l’année. L'extrême salinité permet de s'y prélasser en surface sans avoir besoin de faire le moindre mouvement. On flotte sans effort, mais impossible de nager, ce qui est d’ailleurs déconseillé. Toutefois, il ne faut pas s'attendre à trouver du sable dans la mer morte, mais plutôt de la boue qui, d’ailleurs, est très riche en minéraux. Ceux qui s’y rendent se donnent à cœur joie avec le bain de boue. À savoir toutefois qu’il n’est pas conseillé de rester dans l’eau plus de 20 minutes au risque de se brûler la peau.

Parc naturel de BanIas

Parc naturel de Banias.

Banias est un site archéologique qui s'appelait Césarée de Philippe pendant la période romaine. Situé au pied du mont Hermon, il y existe des sentiers de promenades où retentit l'écho des cascades. Selon la petite histoire, après la mort d'Hérode, son fils Philippe a hérité de ce domaine. Toujours dans le  parc naturel de Banias, les vestiges d'un temple, construit par Hérode le Grand devant la grotte dite de Pan, peuvent être admirés.

Surplombant la rive ouest de la Mer morte, le parc national de Qumran est un site archéologique situé en Cisjordanie. Le site est surtout connu comme étant le plus proche des grottes dans lesquelles les manuscrits de la Mer morte ont été cachés. Ces manuscrits ont été écrits par les Esséniens qui y vécurent pendant deux siècles. Les manuscrits sont conservés au Musée des Livres à Jérusalem alors que sur le site, on découvre les vestiges de la ville.