Vishal Shibchurn de nouveau arrêté - Ses proches : «Nous vivons dans la crainte»

Par Kendy Antoine O commentaire
Vishal Shibchurn

Il n’en a pas fini avec ses démêles avec la justice. Jeudi, Vishal Shibchurn, habitant de Saint-Hubert, a été arrêté par la police de Beau-Bassin.

Après avoir été suspecté dans l’agression d’Aslam Noorsing, en mars 2016, et d’être impliqué dans les coups de feu tirés sur l’ambassade de France, ce pompier est accusé depuis mercredi d’avoir utilisé une arme à feu à Beau-Bassin. Sa maison a été prise pour cible ce soir-là.

Inculpé par la justice vendredi, ce membre du Shiv Shaktu Senna reste en cellule. En neuf mois, c’est la seconde fois que sa maison essuie des coups de feu. Ses proches disent vivre un cauchemar : « Nous craignons pour notre sécurité », lancent-ils.

En juin 2016, des coups de feu avaient été tirés sur la maison du pompier. S’il n’y a eu aucun blessé, les impacts de balle ont causé des dégâts. Mercredi soir, la scène s’est répétée. En toile de fond de cet incident, un différend entre ce père de famille et un groupe à Beau-Bassin.

En liberté conditionnelle, Vishal Shibchurn s’était rendu à une réunion, où la situation a dégénéré. Il y a eu des menaces et une voiture a été saccagée. Une plainte a été logée contre lui : on l’accuse d’avoir fait usage d’une arme à feu pour intimider les membres de l’autre groupe. Les choses ne devaient pas en rester là.

Dans la soirée, plusieurs voitures débarquent au domicile de Vishal Shibchurn. Plusieurs panneaux vitrés sont endommagés. « Il y a eu trois coups de feu », nous explique un proche du pompier. Un 4x4  a été pris pour cible. Le pare-brise a volé en éclats, atteint par des balles. Son forfait commis, le groupe s’est dispersé. La police de Cent-Gaulettes a été alertée.

«  Nous étions à la maison, quand ces individus sont arrivés et ont ouvert le feu. Il y avait des femmes et des enfants à la maison. Cela aurait pu mal se terminer », lâche l’épouse de Vishal Shibchurn. « Nous vivons dans la peur. Nous sommes traumatisés par cette situation. On s’acharne contre mon époux », dit-elle.

À son tour, la famille du pompier a consigné une déposition au poste de police. L’enquête se poursuit. Rencontré la veille de son arrestation, Vishal Shibchurn expliquait que, suite aux récents événements, il avait sollicité une protection policière. « J’ai réclamé des patrouilles régulières de la police, mais rien n’a été fait. C’est la seconde fois que ma famille passe par ce traumatisme. On s’acharne sur moi », a-t-il déclaré.

Jeudi, la police de Beau-Bassin a interpellé Vishal Shibchurn. Il a passé la nuit en cellule policière. Il a comparu vendredi en cour de Rose-Hill pour être inculpé de « use of firearm to intimidate ». La police a objecté a sa remise en liberté sous caution. Il demeure en cellule. Sa version des faits n’a pas encore été enregistrée par les enquêteurs. Le suspect a retenu les services de l’avocat Yatin Varma.