Viol et agression mortelle d’une octogénaire en 2013 : 22 ans de prison à Sooriadev Cheetamun

Par Ledweena Ramasawmy-Mohun O commentaire
Sooriadev Cheetamun

Le verdict est tombé en cour d’assises mercredi. Sooriadev Cheetamun a été condamné à 22 ans de prison pour l’agression mortelle et le viol de Chandramah Bullywon, une octogénaire. Le jeune homme avait affirmé, dans ses dépositions, avoir eu envie de violer la vieille dame quand il a constaté qu’elle était seule.

Sooriadev Cheetamun, 25 ans au moment des faits, était accusé d’avoir battu à mort et violé Chandramah Bullywon, 80 ans, le 22 avril 2013 à Camp-Fouquereaux.

Il avait plaidé coupable et était défendu par Me Deepak Rutnah. La poursuite était représentée par Mes Rajkumar Baungally, Pravin Harrah et Rubesh Oberoi Dawoodarry.

L’accusé avait donné plusieurs versions à la police. D’abord, il a expliqué qu’il s’est acharné sur la vieille dame afin de lui infliger une correction, car il n’avait pas apprécié la façon dont elle lui avait parlé. Chandramah Bullywon avait refusé de donner des pamplemousses à l’accusé qui n’a pas digéré ce refus. Il est ensuite revenu sur ses dires affirmant qu’il a eu l’idée de violer l’octogénaire quand il l’a aperçue dans sa cour.

Sooriadev Cheetamun résidait chez son oncle à Camp-Fouquereaux. Le jour fatidique, tous deux rentraient à la maison, après avoir pris quelques verres. Ils sont passés devant le domicile de la dame. L’accusé s’était alors mis en tête de la violer et de s’introduire chez elle par une fenêtre ouverte.

Des Coups au visage

« En me voyant, Chandramah Bullywon a hurlé. Je lui ai asséné plusieurs coups au visage pour l’empêcher de crier. Elle s’est écroulée au sol », a-t-il expliqué à la police.

L’accusé dit avoir transporté la vieille dame jusqu’à son lit. Il l’a déshabillée. « Li ti pe krye. Li ti pe debatt. Sa ler-la enn lespri maniak inn mont dan mo latet », puis il l’a violée.

Cependant, Sooriadev Cheetamun ne comptait pas s’arrêter là. Il avait prévu de torturer la victime et lui faire subir des sévices sexuels. Celle-ci saignait abondamment. Il s’est acharné sur elle. C’est quand il a entendu crier dehors qu’il a cessé de torturer la vieille et a tenté de s’enfuir. L’accusé a été rattrapé par un voisin.

Dans son verdict, le juge a fait état de la violence dont a usé l’accusé. Ce dernier a continué à frapper l’octogénaire malgré ses pleurs. Le jeune homme avait 182 mg d’alcool dans le corps.

Dans son témoignage en cour, Sooriadev Cheetamun s’est dit « triste » de ce qui s’est passé. Il a présenté des excuses à la cour et à la famille de la victime. Il a soutenu qu’il n’était pas conscient de ses actes. Il a imploré la clémence de la cour et a affirmé vouloir retrouver sa famille pour se construire un avenir.