Vijay Ramanjooloo (psychologue clinicien) : «Les autorités ont le devoir de nous protéger»

Par Jean Claude Dedans O commentaire
Vijay Ramanjooloo

Pour Vijay Ramanjooloo, l’installation prochaine de 4 000 caméras de surveillance est une bonne chose pour le comportement de l’humain et pour la sécurité. Ce psychologue clinicien, freudien jusqu’au bout des ongles, considère que la priorité de l’État est de protéger ses enfants.

« Ce n’est pas parce que je sais que je vais forcément modifier mon comportement »

Comment expliquer ces crimes atroces du début d’année ? Un homme qui tue par balles son ex-épouse, puis se suicide. Une dispute entre voisins qui fait deux  morts...
Il est important de préciser que Freud, père de la psychanalyse, disait qu’il existait une tendance naturelle de l’humain vers l’agressivité. Cela le rendrait méchant, car il est gouverné par ses pulsions égoïstes et destructrices. Votre question donne l’impression que l’année a mal débuté et que les crimes n’ont fait qu’augmenter subitement  en 2018. Alors que, suivant les travaux de Freud, on voit que, depuis l’apparition de l’homme sur Terre, son histoire se caractérise par une violence, non seulement constante et universelle, mais également protéiforme envers ses semblables. J’ai en tête les actes de terrorisme, les génocides, les massacres d’hommes et d’animaux...

Deux jeunes hommes se tuent dans un terrible accident, alors que le chauffeur n’a que 18 ans et qu’il vient tout juste d’avoir son permis de conduire. Faut-il revoir l’exercice de l’octroi du permis de conduire ou alors faut-il revenir au permis à points ?
Certes, il faut une loi qui cadre et donne une structure concrète, voire symbolique. Mais je pense qu’il faut qu’on comprenne, qu’en termes de comportement humain, il n’y a pas de relation de cause à effet entre l’information et le comportement. Ce n’est pas parce que je sais que je vais forcément modifier mon comportement. Donc, la prévention est très importante. Je pense aussi qu’il faut mettre en place des structures d’accompagnement pour chaque automobiliste, afin d’emmener un véritable travail de réflexion en profondeur autour de son comportement et, éventuellement, entraîner un changement.

L’alcool au volant perdure, malgré un contrôle plus strict de la part des policiers. Pourquoi ?
Comme je viens de vous le dire : il n’y a pas de relation de cause à effet entre information et comportement. Ce serait intéressant si nos décideurs pouvaient s’appuyer sur le constat fait aux États-Unis suite aux travaux de Health Belief Model, qui est un programme de psychologie visant justement à modifier les comportements.

Les Mauriciens deviennent de plus en plus violents, impatients. Le manque de civisme est palpable. Ils sont intransigeants. Explications ?
Certes, on note tout cela et cela doit être mis en relation avec notre vie moderne et technologique stressante, mais je ne pense pas que c’était moins le cas auparavant. Au niveau de notre structure psychique collective, de par notre histoire de colonisation et d’esclavage, je pense que c’est une tendance qui a toujours existé.

Au niveau de l’éducation, il y a des changements majeurs : introduction du ‘Primary School Achievement Certificate’, critères rehaussés pour l’admission à l’université de Maurice et création de collèges polytechniques pour ceux qui ne réussissent pas à leurs examens. Qu’est-ce que cela apportera pour le pays ?
C’est une bonne chose, dans le sens que cela aura le mérite de mettre en avant le concept des intelligences multiples, qui souligne qu’il existe plusieurs types d’intelligences chez l’enfant d’âge scolaire et, par extension, chez l’adulte.

Et le concept de Safe City, avec l’installation de 4 000 caméras de surveillance à travers le pays ? Cette obsession sécuritaire de la part des autorités à nous faire surveiller par ‘Big Brother’ est-elle nécessaire ?
Cela aura le mérite de nous renforcer au niveau de notre sentiment de sécurité, car les autorités ont le devoir de nous protéger. Je pense à certains pays, comme le Mexique ou la Bulgarie, qui ont vu leurs activités criminelles diminuer considérablement avec l’installation d’une Safe City.

Si ces caméras sont entre les mains d’un gouvernement mégalomane, n’est-ce pas dangereux pour le citoyen ?
Il est important de comprendre que la mégalomanie est un état psychologique caractérisé par une volonté et des fantasmes de toute puissance et de gloire, accompagnés d’une absence d’intérêt total pour l’autre. Heureusement que notre pays n’est pas entre les mains d’un gouvernement fonctionnant comme je vous l’ai décrit.

Certaines caméras installées feront de la reconnaissance faciale. Est-ce que cela ne remet pas en cause la liberté individuelle ?
Les logiciels de reconnaissance faciale ont aujourd’hui gagné en performance et en fiabilité, même si c’est vrai qu’on assiste à de nombreux débats autour des répercussions possibles sur le respect de la vie privée et de l’anonymat. Il s’agira, à mon humble avis, de trouver un équilibre entre l’aspect sécurité et l’aspect vie privée.