Vera Baboun maire de Bethléem: «Nous avons l’eau qu’une ou deux fois chaque dix jours»

Par Rizwaan Khodabux O commentaire
La maire de Bethléem, Dr Vera Baboun, a effectué une visite de quatre jours à Maurice. Au cours d’un entretien accordé à Le Dimanche/L’Hebdo, elle relate les tribulations du peuple palestinien au quotidien et lève un coin de voile sur les réalités de sa ville. Le conflit israélo-palestinien continue à perturber le quotidien des Palestiniens. Tant et si bien que l’accès aux services essentiels, tels que l’eau courante, leur est restreint. Une situation que déplore vivement Vera Baboun. « En tant que maire, ma priorité est de m’assurer que mes concitoyens puissent jouir des services essentiels. En ce moment, nous avons un sérieux problème d’eau. Nous devons l’acheter auprès des fournisseurs israéliens et là encore, ils ne nous en donnent pas le volume nécessaire. Ce qui fait qu’on a de l’eau courante qu’une ou deux fois chaque dix jours », précise-t-elle.
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"22330","attributes":{"class":"media-image wp-image-36469","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"300","height":"441","alt":"Vera Baboun"}}]] ...et au site du mémorial des esclaves au Morne.

Pour Vera Baboun, les conditions dans lesquelles vivent les Palestiniens sont inhumaines. « Bethléem est aujourd’hui séparée de la ville voisine, Jérusalem, par des murs. Les conditions de vie des Palestiniens à Bethléem ne sont, de mon point de vue, pas normales.  Vous ne pouvez vivre dans un endroit où vous ne voyez rien d’autre que des murs, des frontières et où il y a sans cesse des restrictions qui vous sont imposées », déplore-t-elle. Si les musulmans sont plus nombreux au sein de la population palestinienne, il y a aussi, selon notre interlocutrice, un nombre conséquent de chrétiens, estimé à environ 25 % de la population, uniquement dans le West Bank. « Cependant, la population chrétienne en Terre sainte, incluant la Palestine et Israël, est passée en dessous des 2 % », indique-t-elle. La ville de Bethléem fait partie du district du même nom, le plus grand en terme de superficie dans le West Bank. Le district compte environ 200 000 habitants, dont 38 000 chrétiens. Quant à la ville de Bethléem, elle compte 18 000 chrétiens sur une population de 41 000. Les deux communautés vivent en parfaite entente, souligne Vera Baboun. « Bethléem est le berceau du christianisme, qui prône la paix, l’amour et l’espoir. Que nous soyons chrétiens ou musulmans, nous sommes avant tout Palestiniens. Nous rencontrons tous les mêmes difficultés au quotidien, nous partageons notre souffrance, de même que nos moments de joie. D’ailleurs, juste en face de l’église de la Nativité, il y a la mosquée Omar Ibn Khattab. Le quotidien des habitants de Bethléem est ponctué du son des cloches et de l’appel à la prière du muezzin, chacun à leur heure. Nous nous complétons ainsi dans notre identité en tant que Palestiniens », affirme notre visiteuse. La moitié des habitants de Bethléem sont des jeunes de moins de 29 ans. Le taux de chômage est de 27 %, alors que celui de la pauvreté dans tout le district est de 22 %. L’économie de cette ville est orientée principalement vers le tourisme, avec quelque deux millions de visiteurs chaque année, dont pour la plupart des pèlerins chrétiens. « La ville compte 44 hôtels, des restaurants et des boutiques de souvenirs. Elle est réputée également pour ses produits artisanaux à partir de bois d’olive et pour ses broderies, reconnues à travers le monde. Le district de Bethléem comprend le Christian Triangle of Bethlehem, Beit Jala and Beit Sahour (Shepherd’s Field et l’église de la Nativité). Bethléem est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco grâce à l’église de la Nativité et la Star Street. Et depuis peu, nous avons aussi notre propre équipe de foot constituée exclusivement de femmes », poursuit Vera Baboun. L’un des sites historiques qu’abrite Bethléem est, sans conteste, l’église de la Nativité, bâtie à l’endroit où Jésus serait né. Des travaux pour la restaurer ont débuté en 2012. Durant la rénovation des mosaïques, une découverte extraordinaire a été faite par les restaurateurs. Il s’agit d’une mosaïque représentant un ange, dissimulée derrière un mur en plâtre. « À l’aide de caméras thermiques, les restaurateurs ont sondé les murs pour s’assurer qu’il n’y avait rien derrière. Une fois le plâtre retiré, l’ange est apparu, portant à sept leur nombre dans l’église. Bras tendus, il pointe le doigt en direction de l’endroit où le Christ serait né, la grotte de paix. Suivant cette découverte, le pape François, dans un message au monde, a demandé que l’ange qui réside dans chacun d’entre nous s’oriente vers la paix. C’est d’ailleurs le nouveau message de Bethléem », indique Vera Baboun.
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"22333","attributes":{"class":"media-image size-full wp-image-36471","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"720","alt":"Vera Baboun"}}]] Visite à la crèche de Bethléem à Quatre-Bornes...

[row custom_class=""][/row]
[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"22336","attributes":{"class":"media-image size-full wp-image-36472","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"720","alt":"Vera Baboun"}}]] Échange de cadeaux.

[row custom_class=""][/row]  
   

Emploi du temps chargé

[[{"type":"media","view_mode":"media_large","fid":"22338","attributes":{"class":"media-image size-full wp-image-36473","typeof":"foaf:Image","style":"","width":"1280","height":"720","alt":"Vera Baboun"}}]] La maire de Bethléem a été faite citoyenne d’honneur de Quatre-Bornes.

[row custom_class=""][/row] Depuis son arrivée, le 12 juillet, Vera Baboun a eu un emploi du temps très chargé. Mardi, elle a d’abord rencontré l’adjoint au Premier ministre, Xavier-Luc Duval. Dans la matinée de mercredi, la maire de Bethléem a rencontré la présidente du conseil de district de Rivière-Noire, Véronique Leu, et a effectué une visite au Morne. Jeudi, elle a procédé à la mise en terre d’une plante à Quatre-Bornes. Ensuite, il y a eu une visite à la crèche de Bethléem et elle a été faite citoyenne d’honneur de la ville de Quatre-Bornes. Vendredi, Vera Baboun a rencontré le Premier ministre sir Anerood Jugnauth avant d’animer, en début de soirée, une deuxième conférence publique, au collège Lorette de Curepipe. Elle a pris l’avion samedi.