Université de technologie : déceptions des étudiants et chargés de cours

By Annick Daniella Rivet, Geraldine Geoffroy O commentaire
UTM

La Private Notice Question du leader de l’opposition était axée sur l’Université de Technologie de Maurice. Les étudiants et les chargés de cours attendaient beaucoup de la réponse de la ministre de l’Éducation. Ils affirment n’avoir pas eu de garantie concernant l’amélioration des conditions sur le campus.

« La ministre de l’Éducation a induit la population en erreur. » C’est la réaction du président de l’UTM Employees Union à la PNQ sur l’Université de Technologie de Maurice (UTM). Vikash Seewsagur affirme que les photos produites par Xavier-Luc Duval parlent d’elles-mêmes et reflètent la stricte réalité de la situation sur le campus. « Cela devrait suffire pour que le gouvernement prenne les mesures nécessaires. »

Le syndicaliste réfute les propos de la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun selon lesquels Sharmila Seetulsing-Goorah, directrice de l’UTM aurait fait du très bon travail ces deux dernières années. « Au contraire, depuis qu’elle est en poste, plus rien ne fonctionne sur le campus. D’ailleurs, il n’y avait jamais eu de manifestations d’étudiants à l’UTM auparavant. Les lettres de doléances, adressées aux ministres et au Premier ministre se sont aussi multipliées depuis sa prise de fonctions », souligne Vikash Seewsagur. 

Dans la foulée, le président de l’UTM Employees Union déplore que les correspondances soient restées sans réponse. Il réitère donc son appel aux autorités pour l’institution d’un comité, afin de venir à bout de la situation dégradante de l’UTM. « On demande aussi la révocation immédiate de Sharmila Seetulsing-Goorah. D’autant plus que, contrairement à ce qu’affirme la ministre sur son excellent travail à l’Université de Maurice, elle y a laissé un héritage pas très reluisant, dont plusieurs comités disciplinaires. » Sharmila Seetulsingh-Goorah est restée injoignable, mardi.

Les étudiants également ne sont toujours pas satisfaits. Les réponses données par la ministre ne les ont pas rassurés. Et Yudish Sharma, leader de la Democratic Student Force, de soutenir : « Nous n’avons eu aucune garantie. Nous sommes insatisfaits de la réponse de la ministre. Il aurait fallu être plus concret et donner des délais quant à la gestion de toutes nos plaintes. »

La Students Federation de l’UTM explique que la manifestation des étudiants, le 19 avril dernier, avait pour objectif de faire agir les autorités, mais tel n’a pas été le cas. Les étudiants déplorent le manque de connexion wi-fi, critiquent l’infrastructure qui laisse à désirer, dénoncent l’état déplorable des toilettes et affirment que le logiciel utilisé n’est pas approprié, entre autres. Des courriels ont été envoyés à la direction pour dénoncer l’état insalubre dans lequel se trouve le campus. « Récemment, nous avons dû acculer la direction au pied du mur pour bénéficier d’équipements sportifs. Après avoir menacé de ne pas participer à la journée de l’Indépendance, nous avons finalement reçu nos équipements. »

Le leader de la Democratic Student Force précise que toutes les actions des dernières semaines avaient pour objectif d’améliorer l’état des infrastructures. « Nous ne faisons pas cela pour nous, parce que nous terminons nos cours en juin prochain. Nous le faisons pour ceux qui auront encore des cours et pour les futurs étudiants. »