Une sexualité épanouie après l’accouchement

Par Fateema Capery O commentaire

Pas évident de reprendre sa vie sexuelle après un accouchement. L’arrivée d’un premier bébé bouscule la vie du couple mais surtout sa sexualité. Toutefois, redonner un coup de pouce à votre libido après un accouchement est possible.

Vie amoureuse et vie familiale peuvent facilement être alliées si les couples arrivent à gérer leurs nouvelles situations. « Être parent ne veut pas dire abandonner sa vie sexuelle », estime le psychologue Sadasiven Coopoosamy. Toutefois, il est conseillé aux parents de reprendre leur vie sexuelle après trois ou quatre semaines puisque « les pertes de sang durent environ dix-huit jours. Il faut une quinzaine de jours pour que l’épisiotomie, s’il y en a eu une, ne soit plus sensible ou que la cicatrice de césarienne se fasse oublier. Quant au vagin, il demeure un peu douloureux, durant trois ou quatre semaines », explique-t-il. Durant cette période de « pause », la femme peut alors réapprendre à connaître son corps, souvent transformé après l’accouchement.

Dans certains cas, le « baby blues » affecte les nouvelles mamans mais le couple aussi. « Il s’agit néanmoins d’une période de doute et de fragilité, car la naissance engendre un grand bouleversement émotionnel pour les deux conjoints. N’ayez surtout pas peur de partager ces émotions », souligne le psychologue.

Chez les jeunes mamans, le désir disparaît souvent après la naissance du premier bébé. Mais là aussi, il est d’un problème passager qui s’estompe si la nouvelle maman réagit à temps. « Tout d’abord, si la maman allaite, l’hormone de la lactation, la prolactine, peut diminuer le désir sexuel », fait comprendre notre interlocuteur.

Une autre raison pour cette baisse de libido féminine est la grande fatigue qu’engendre l’accouchement. Trop souvent, les nouveaux parents portent toutes leurs attentions sur le nouveau bébé. Fatigués, stressés, accaparés, ceux-ci ont moins de temps et d’appétit pour les câlins coquins…


Une chambre pour bébé

Exit le lit du bébé de la chambre conjugale. C’est définitivement un tue-l’amour. Le couple doit, à tout prix, défendre l’intimité conjugale. La vie sexuelle du couple retrouvera ainsi toute sa place. L’enfant, quant à lui, s’habituera très vite et devra respecter la porte fermée de la chambre des parents.