Une habitante du Sud allègue avoir été vendue par son époux : «Li bwar, li get ban zom la gayn relasion avek mwa»

Par Le Défi Plus O commentaire

Une femme de 33 ans, habitant le Sud, a été sauvagement agressée à l’aide d’une fourchette samedi. Son agresseur n’est nul autre que son époux, Kamlesh, 35 ans. Elle avait refusé de coucher avec des hommes contre paiement sur ordre de ce dernier. Elle allègue qu’elle a été vendue à deux reprises en janvier dernier en présence de son mari qui a assité aux ébats.

Elle dit vivre un véritable enfer. Kavita (prénom modifié), femme au foyer et mère de trois enfants, allègue que son époux Kamlesh l’oblige à se prostituer pour régler leurs soucis d’argent. Elle dit ne plus pouvoir vivre avec un tel homme. Le dimanche 3 août, Kavita a dénoncé Kamlesh à la police de Rose-Belle. Violemment agressée par son époux à coups de fourchette, elle a été transportée à l’hôpital de Rose-Belle où elle est admise.

Kavita dit être victime de brutalités dans sa déposition. « Cela fait déjà 18 ans que nous sommes mariés. Je suis une femme battue. Malgré ses agressions, souvent violentes, je n’en ai jamais parlé, pour protéger les enfants. Mais Kamlesh a dépassé les bornes. Le 28 janvier, vers 19 heures, il a appelé un ami et m’a forcée à avoir des relations avec lui. J’ai refusé dans un premier temps, mais je me suis fait violemment agresser en présence de l’ami. Kamlesh dir mwa si mo pa gayn relasion avek so kamarad li pou tortir mwa plis ki sa. Par peur de représailles et pensant à mes enfants, j’ai eu des relations sexuelles avec l’ami. Il a ensuite remis Rs 800 à mon époux. Depuis ce jour-là, je me sens sale », raconte Kavita.

«Il me martyrise»

Cette femme au foyer allègue que les ébats se déroulent en présence de son époux : « Li bwar, li get ban zom la gayn relasion avek mwa. Depuis le 29 janvier, il m’oblige à me prostituer en me disant qu’il fait face à des problèmes d’argent. Quand je refuse, il me martyrise. Mo pena oken plas pou mo ale e mo bizin ekout li sinon li pu met mwa deor. C’est très difficile pour moi ».

Le samedi 26 août, Kavita sera sauvagement agressée avec une fourchette sur plusieurs parties du corps. Elle avait refusé de coucher avec des hommes contre paiement. Conduite à l’hôpital, elle est admise. Elle a été examinée par un médecin de la police le vendredi 8 septembre.

Kamlesh a été arrêté lundi. Le suspect a nié en bloc les allégations portées contre lui. « Zame mo finn vann mo madam e ni mo finn bat li. Mo pa kone kifer li pe fer sa bann alegasion-la», dit-il aux enquêteurs. Après son interrogatoire, il a été placé en détention. Mardi, l’époux a comparu devant le tribunal de Mahébourg sous une charge provisoire de ’human trafficking’. La police a objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Les enquêteurs sont sur la piste des « clients » avec lesquels Kavita a été obligée à se prostituer sur ordre de son époux.

L’enquête est menée par le sergent Runglall et est supervisée par l’inspecteur Mohesh.