Un Mauricien condamné pour culture de gandia à l’île sœur

Par Vel Moonien O commentaire
Gandia

Il a écopé de 12 mois de prison, dont sept avec sursis. Le Franco-Mauricien Anthony Lebreton a été reconnu coupable la semaine dernière d’usage, de possession et de culture de gandia dans une villa de Trois-Bassines qu’il partageait avec son ami franco-sud-africain, Jason Van der Linde, 24 ans. Celui-ci a été condamné à une même peine, mais avec 10 mois de sursis. Les deux ont expliqué qu’ils sont amis d’enfance vivant à Maurice. Ils sont venus travailler à l’île sœur où ils revendaient du « skunk » à des clients de l’hôtel Akoya.

Selon les enquêteurs, le duo s’apprêtait à se livrer à une culture de gandia à grande échelle. Ils se basent sur 4 000 euros (Rs 160 000) réservés par le duo pour mener à bien une telle activité. Les deux condamnés soutiennent qu’ils se livrent à la culture de gandia pour leur consommation personnelle. Celle-ci est entre 15 à 20 joints quotidiennement. Le premier explique être titulaire d’un Bac scientifique et qu’il a dû arrêter au bout de deux ans, des études de médecine en France pour des raisons de santé.

Installé auprès de ses grands-parents maternels à La Réunion, il a été remercié par l’hôtel Akoya pour absences répétées. Jason Van der Linde a, lui, trouvé de l’emploi dans ce même hôtel comme bagagiste. Le gandia qu’ils cultivaient avait un taux de THC plus important que celui se trouvant dans le gandia poussant en plein air. Ils ont été appréhendés le 1er octobre et semblent avoir récolté 3 000 euros, soit Rs 120 000 roupies de leurs activités.