Un inspecteur du conseil de district de Moka épinglé par l’Icac

Par Nasif Joomratty O commentaire

Un inspecteur du conseil de district de Moka a été arrêté par l’Independent Commission against Corruption (Icac), le jeudi 22 novembre. Quais B. est soupçonné d’avoir sollicité un pot-de-vin de Rs 4 000 d’un habitant de Saint-Pierre qui faisait l’objet de poursuites pour construction illégale.

Selon les informations de l’Icac, les faits remontent à novembre 2015. À l’époque, l’habitant de L’Agrément, Saint-Pierre, avait entamé une construction sans avoir obtenu au préalable l’autorisation du conseil de district de Moka, car il n’avait pas respecté certaines normes. Face à cette situation, l’inspecteur du conseil de district aurait réclamé Rs 4 000 au constructeur pour régulariser son dossier. Il était aussi question d’empêcher la destruction d’un bâtiment érigé sur un terrain.

Selon les enquêteurs de l’Icac, Quais B., aurait tenté de convaincre l’habitant de Saint-Pierre de plaider coupable devant la justice. C’est alors que l’affaire a été portée devant le conseil de district et le Chief Executive. Flairant le coup fourré, ce dernier a dénoncé le cas à la commission anticorruption.

Les officiers de l’Icac ont alors ouvert une enquête basée sur un cas allégué de trafic d’influence. Dans la matinée du mercredi 22 novembre, le suspect a été convoqué au siège de la commission anticorruption, à Réduit. Après son interrogatoire, Quais B. a été traduit devant le tribunal pour sa mise en accusation provisoire. Il est accusé de trafic d’influence, sous l’article 10 de la Prevention of Corruption Act. La Cour lui a accordé la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 8 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 30 000.