Un enfant de trois ans retrouvé en pleine rue - Le père : «Je n’ai pas abandonné mon fils»

Par Kendy Antoine O commentaire
Raj Jeewan

Raj Jeewan dont l’enfant de trois ans a été trouvé errant en pleine rue lundi maintient qu’il ne l’a pas abandonné. Arrêté le même jour suivant une plainte pour violence domestique formulée par son ex-compagne, il a obtenu la liberté conditionnelle.

Cette affaire en a interpellé plus d’un. Un garçon de trois ans a été trouvé errant à Saint-Martin, lundi après-midi. Soupçonnant un cas d’abandon, un automobiliste avait recueilli l’enfant pour l’emmener au poste de police de Barkly. Interpellé dans le cadre de l’enquête, Raj Jeewan, 49 ans, le père du garçonnet, soutient qu’il n’a jamais abandonné son enfant. Ce dernier a été confié à la Child Development Unit (CDU).

Durant son interrogatoire au poste de police de Bambous, l’habitant de Saint-Martin a expliqué comment son fils s’est égaré. Cela fait environ trois mois qu’il s’occupe de lui. Affirmant être victime de violence, la mère a déserté le toit conjugal pour retourner chez sa famille. Elle a porté plainte à deux reprises contre son ex-compagnon.

Raj Jeewan, qui vit dans une ferme porcine dont il s’occupe depuis sa séparation avec sa compagne, a trouvé une nounou pour veiller sur son enfant. Lundi, il a laissé le petit chez cette habitante de Bambous pour pouvoir travailler. Mais dans la journée, il a reçu un appel téléphonique de la nounou l’informant qu’il devait récupérer l’enfant. « Elle m’a dit qu’elle devait sortir. Elle m’a demandé de venir le prendre », a-t-il expliqué aux policiers.

Une fois à la maison avec l’enfant, il dit avoir réparé sa motocyclette. Il raconte avoir quitté le petit des yeux un court instant. Puis, il s’est rendu compte que son fils n’était plus là. Raj Jeewan s’est ensuite rendu au poste de police de Barkly où il s’est fait arrêter. Car il faisait l’objet d’une plainte déposée au poste de police de Bambous par son ex-compagne, l’accusant de violence conjugale. L’homme a été maintenu en cellule avant de comparaître devant le tribunal de Bambous. Il a été remis en liberté après avoir fourni une caution de Rs 5 000.

Pour l’heure, l’enquête sur l’abandon d’enfant suit son cours. Les officiers de la CDU mènent eux aussi leur propre investigation pour savoir dans quelles conditions vit l’enfant avec son père. Le petit se trouve encore dans un centre de la CDU en attendant les conclusions de l’enquête.


Le bon Samaritain : « Mo ti pou tap avek li »

C’est un automobiliste qui empruntait la route de Saint-Martin qui a trouvé le garçonnet : « Monn trouv enn zanfan travers devan mwa. Linn vinn pre ek loto. Mo ti pou tap avek li. » Après s’être arrêté, il est descendu de voiture pour poser des questions à l’enfant. Ce dernier lui a seulement dit qu’il habite à Bambous. « Je l’ai conduit au poste de police de Bambous mais les policiers m’ont dit que le lieu où j’ai trouvé l’enfant se trouvait sous la juridiction du poste de Barkly.

J’ai donné à boire et à manger au petit avant de l’emmener à Barkly. Li ti bien », poursuit-il. L’automobiliste a également alerté la CDU. Il est aussi retourné sur le lieu où il a trouvé l’enfant : « Je me suis dit que ses parents étaient sûrement à sa recherche et que quelqu’un viendrait le récupérer, mais en vain. » Une déposition a alors été consignée au poste de police de Barkly. Des officiers de la CDU ont récupéré l’enfant pour l’emmener dans un centre.