Umar Timol : le photographe capteur d’émotions

Par Fateema Capery O commentaire
Umar Timol

C’est un écrivain prolifique, mais il s’est lancé dans une autre aventure artistique : la photographie. Par contre, loin de faire des photos figées, Umar Timol propose de mieux découvrir les traits d’une personne à travers son regard.

 L’un des visages de sa collection : Rebecca Némorin.

Sa démarche reste artistique. Si Umar Timol écrit pour parler des sentiments des gens, il tâte aussi de la photographie pour transmettre les mêmes émotions. « Chaque visage a une histoire et le regard et l’intensité des expressions en disent long sur une personne, confie l’artiste. On peut vite connaître l’état d’âme d’une personne, rien qu’en le regardant en photo. On peut y décaler toutes les émotions. »

Son intérêt pour la photographie remonte à environ deux ans. Il est approché par un photographe, Frédéric Mélotte. « Il voulait faire mon portrait et cet exercice m’a beaucoup marqué. J’avais déjà un intérêt pour la photographie, mais en le rencontrant, j’ai eu le déclic », raconte-t-il, tout en précisant que c’est surtout des portraits et des visages en noir et blanc qui l’interpellent le plus. « Il ne s’agit pas de photos d’anniversaire ou de mariage où les gens posent pour l’image qu’ils veulent montrer. À travers ce concept de noir et blanc, on retrouve les sentiments d’une personne, son vrai visage, voire son âme. »

En effet, ce n’est pas la beauté esthétique qui intéresse Umar Timol. Ce sont plus les regards et les émotions qui se dégagent de chaque cliché. Fasciné par les visages, il fait appel à des amis qui viennent se faire photographier chez lui, dans un cadre spécifique. La liste s’allonge et il se retrouve aujourd’hui avec une quarantaine de photographies dont la plupart sont en noir et blanc.

CaptioUmar Timol souhaite faire parler les photos à travers le regard dont celui, ici, de Ziyad Domun.

Livre de photos

Sa collection s’est agrandie durant les quelques mois passés aux États-Unis avec sa famille. D’ailleurs, il en a profité pour assister au Women’s March à New York et pour ramener plusieurs photos souvenirs.

L’auteur, qui est enseignant, se consacre à la photographie pendant son temps libre, notamment les vacances scolaires. En attendant de reprendre l’appareil après le troisième trimestre, Umar Timol pense aux projets qui peuvent sortir de sa collection de photos. Dans un premier temps, ce serait une  exposition mais il s’intéresse surtout à publier un livre de photos où chaque cliché sera accompagné d’un texte choisi.

À New York, l’artiste était au Women’s March. Il en a profité pour immortaliser les visages de cette manifestation.