Tué pour un raccord d’eau : sa compagne Brinda face à l’horreur

Par Kendy Antoine O commentaire
Marie Arsweeka Purrenchand et Johnny Isabelle

Une scène d’une rare violence s’est jouée, samedi soir à St-Hilaire. Johnny Isabelle, 33 ans, n’a pas survécu à son agression par ses deux demi-frères, Jean Daniel Adrien, 26 ans, alias Toto, et Louis Jerry Sarah, 41 ans. La victime a reçu des coups de sabre au crâne.

Marie Arsweeka Purrenchand, 30 ans, connue comme Brinda, la compagne de Johnny Isabelle, est sous le choc. C’est sous ses yeux que le drame s’est produit, sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elle ne peut effacer l’horreur de cette soirée fatidique de sa mémoire.

Le couple aurait fêté une année de vie commune le 26 septembre. « Zame mo pou retrouv enn dimoun kuma li », ne cesse de pleurer Brinda. La main couverte d’un bandage, les larmes aux yeux, la jeune femme ne peut cacher la peine qui la ronge. Vivant modestement, Brinda et Johnny travaillaient dans les champs pour gagner leur vie.

Dans la cour où le couple habite, à St-Hilaire, il y a la mère de Johnny, Marie Noëlle, 60 ans, sa sœur et ses demi-frères, Jean Daniel Adrien et Jerry Sarah. Dans le passé, Johnny avait déjà eu des problèmes avec l’un d’eux. « Toto ti deza bat Johnny », souligne la mère. Et samedi, les choses ont pris une tournure inattendue. « Depuis jeudi, Johnny avait coupé un raccord d’eau. Il disait que ses frères gaspillaient l’eau. Ces derniers étaient remontés contre lui. Nous nous étions même disputés pour cela », raconte Brinda.

Samedi, tous les membres de la famille étaient dans la cour. « Ils avaient pris quelques verres », se souvient la jeune femme. Johnny est rentré chez lui par la suite, soit aux alentours de 23 heures.

« Linn dir mwa li pou sorti, li pa pou tarde », ajoute Brinda. Très vite, elle a entendu du bruit provenant de l’extérieur de la maison. Sentant le danger, elle a accouru pour voir ce qu’il en était. « Zot inn pran li par so likou, zot in apiy li. Li pe rod ale li pa pe kapav », raconte-t-elle.

Prenant son courage à deux mains, Brinda est intervenue. « Zot ti pe diskite akoz sa lans delo la. Monn al pran Johnny monn amen li ek mwa », explique-t-elle. Mais ce n’était que le début du cauchemar.

Irrités par l’intervention de Brinda, les demi-frères de Johnny sont venus l’arracher des mains de sa compagne. « Zot inn pran li amen li dehor. Toto in pran enn sab e linn bat Johnny. Mo tan li pe krie. Li dir pa bizin bat mwa. Linn dir Toto arete, me linn kontinie. Linn koup Johnny kuma bef », relate-t-elle à chaudes larmes.

 Marie Noëlle a été réveillée par les cris et dit avoir vu Johnny en sang. « Nou finn apel Samu, me zot finn tarde. Lerla mo finn pran li monn amen kot enn sofer taxi dan landrwa. » Entre-temps, la police de Cent-Gaulettes a été alertée. Les deux suspects se sont retrouvés derrière les barreaux. La victime a été conduite à l’hôpital de Rose-Belle. Admis à l’unité des soins intensifs, il a rendu son dernier soupir lundi aux petites heures.

Au cours de leur interrogatoire par la police criminelle de Rose-Belle, Jean Daniel Adrien a expliqué qu’ils avaient bu et qu’ils ont eu une virulente dispute. Toto, lui, devait avouer : « Monn pran sab monn tape. » Ils ont comparu devant la cour de Mahébourg sous une charge provisoire de meurtre.  Ils demeurent en cellule policière.