Trafic d’oiseaux : la police sur les traces d’une bande organisée

Par Reshad Toorab O commentaire
Voleurs oiseaux

La Central Investigation Division (CID) de Port-Louis Sud a du pain sur la planche après les nombreux vols perpétrés dans le morcellement Le Rock, à Pailles. Un vol, en date du 18 octobre 2017, sort de l’ordinaire. Des oiseaux pour une valeur de Rs 290 000 ont été emportés en plein jour.

Les voleurs ont été identifiés grâce à des images enregistrées par une caméra de surveillance. Les intrus et les oiseaux volés sont toujours dans la nature.

Mercredi 18 octobre, Zaif Nandoo, un technicien informatique de 30 ans, marié et père de deux enfants âgés de deux ans et trois mois respectivement, dit avoir vu la mort en face, tandis que son épouse de 23 ans a dû se cacher dans les  toilettes, avec son bébé dans les bras. La jeune femme s’était retrouvée face à deux voleurs. Ceux-ci faisaient main basse sur des oiseaux de valeur, qui étaient enfermés dans des volières.

Il était environ 11 h 40. Zaif était sur le point de rentrer chez lui en voiture, quand son épouse lui a téléphoné. « Vinn vit, ena voler ki pe kokin nou zwazo », lui a-t-elle indiqué. à son arrivée, Zaif a vu deux individus encagoulés en train de s’enfuir après avoir escaladé le mur d’enceinte de sa propriété. Sans perdre de temps, il a donné l’alerte et s’est lancé dans une folle course poursuite à pied dans le but de rattraper les voleurs. Des voisins et des passants lui sont venus en aide. Les deux malfrats n’ont pas demandé leur reste.

Zaif Nandoo, le propriétaire.

Les deux individus avaient chacun un sac à dos, où ils avaient placé les oiseaux qu’ils venaient de voler. « Mon intention était de mettre la main sur le sac à dos pour récupérer mes oiseaux. Mais lorsque les voleurs ont sauté sous un pont, je suis parvenu à attraper l’un d’eux. Il s’est retourné vers moi et m’a placé un sabre sous la gorge en me disant : ‘Mo koup to lagorz, mo touy twa, si to kontinye  suiv  mwa.’ Mo finn pans mo fami, si ariv mwa kiksoz, e mo finn les li ale », confie Zaif.

De retour chez lui, il a constaté que les intrus avaient  défoncé la volière et certains oiseaux avaient eu la nuque brisée. « Ce sont des gens sans scrupules. Quand mon épouse les a aperçus, ils avaient déjà pris les oiseaux. Ils les avaient enfoncés l’un sur l’autre dans leur sac à dos. Ils ont même tenté d’enfoncer la porte de la maison pour s’en prendre à ma femme et à mes enfants », raconte Zaif.

Les voleurs ont emporté une paire de Rosebay. Les deux oiseaux portent chacun une bague numérotée à la patte. Des cockatiels et des cateaux de couleurs forment aussi partie de leur butin. Zaif est d’avis qu’il existe un trafic d’oiseaux volés et met le public en garde.

Le trentenaire est un passionné d’oiseaux. Ces huit dernières années, il a élevé plusieurs espèces, surtout des variétés proches du perroquet, en passant par le Rosela, des grosses cateaux, des jaunes, des bleus et aussi une espèce de cockatiel.

Zaif Nandoo a consigné une déposition au poste de police de Pailles. L’affaire a été référée à la CID de Port-Louis Sud.