Trafic de drogue : Curly Chowrimoothoo une nouvelle fois aux assises

Par Kursley Thanay O commentaire
Curly Chowrimoothoo

Les procès s’enchaînent contre Curly Chowrimoothoo. Lui, qui purge une peine de 22 ans de prison pour possession d’héroïne et cinq ans pour blanchiment d’argent, a comparu devant la cour d’assises, le mardi 16 janvier, dans une autre affaire de drogue.

Un nouveau procès a démarré devant la cour d’assises contre Curly Chowrimoothoo. Cet ancien habitant de Résidences Kennedy, Quatre-Bornes, est poursuivi aux côtés de Louis Rico Jean Yves Aristide, qui habitait la même localité, sous une accusation de tentative de prendre livraison de 90,2 grammes d’héroïne. Délit commis, le 8 mars 2012, à Résidences Kennedy. Vu la quantité de drogue, le bureau du DPP estime que les prévenus étaient engagés dans le trafic, selon l’acte d’accusation. La drogue est estimée à Rs 1,5 million.

Le mardi 16 janvier, les deux acolytes ont comparu devant le juge Benjamin Marie-Joseph. Les prévenus ont informé ce dernier qu’ils allaient retenir les services d’un homme de loi. L’affaire a été ajournée au 21 février 2018. La poursuite est représentée par Me Azam Neerooa, Acting Assistant Director of Public Prosecutions.

« Controlled delivery »

L’affaire a pour toile de fond une opération policière menée de paire avec la douane. Le 7 mars 2012, un colis attire l’attention des officiers postés à l’aéroport de Plaisance. Un examen aux rayons X révèle que le colis contenait deux chemises et de la drogue. Le colis a été posté de Madagascar et devrait être livré à Résidences Kennedy. Ce qui a éveillé les soupçons de la police. Une opération, connue dans le jargon policier comme controlled delivery, a permis aux enquêteurs de mettre la main sur Louis Rico Jean Yves Aristide. Lors de son arrestation, le dénommé Aristide a impliqué Curly Chowrimoothoo.

8 août 2017. Curly Chowrimoothoo écope de cinq ans de prison pour blanchiment de l’argent de la drogue. Il avait plaidé coupable d’avoir, le 15 octobre 2010, transféré la somme de Rs 46 200 sur le compte de Swaleh Ahmed en Tanzanie. Pour ce faire, il a utilisé Charles Ludovic Bauda, un maçon de 34 ans, domicilié à Résidences, Kennedy comme intermédiaire. Cet argent provient du trafic de drogue, selon la police.

Par ailleurs, Curly Chowrimoothoo et son frère Steve avaient été chacun condamnés à 25 ans de prison et à une amende de Rs 100 000, en juillet 2014, par la cour d’assises pour possession de 114,07 g d’héroïne. Curly Chowrimoothoo a vu sa peine réduite de 25 à 22 ans de prison en appel le 26 avril 2016.