Technologie : la transition vers le Cloud semble inévitable à Maurice

By Patrice Donzelot O commentaire //
Me Nitish Hurnaum

Le cloud computing est adapté au secteur mauricien des services financiers et à son cadre légal. C’est ce qu’estime Me Nitish Hurnaum, avocat et partenaire chez Eversheds Sutherland. Il intervenait, la semaine dernière, à un forum sur cette technologie organisé à l’intention des opérateurs du secteur des services financiers, à Port-Louis, par la firme Microsoft.

Selon l’homme de loi, le cadre légal mauricien régissant le secteur des technologies de l’information démontre que le gouvernement souhaite encourager l’adoption de technologies comme le Cloud, et toutes celles qui y sont liées. D’ailleurs, précise-t-il, l’article 16 de l’Information and Communication Technologies (ICT) Act stipule que le rôle de l’Information and Communications Technologies Authority of Mauritius (Icta) est notamment de démocratiser l’accès à l’information.

« Cela, en tenant compte de la qualité, de la diversité et de la pluralité dans le choix des services disponibles via la technologie, tout en promouvant l’efficacité et la compétitivité du secteur informatique de Maurice à l’échelle internationale. » Ces lois, précise l’avocat, servent de base et aident à aiguiller la vision du gouvernement. « L’adoption du Cloud et d’autres avancées technologiques est essentielle pour que Maurice devienne le hub informatique de l’Afrique. »

De son côté, Marc Israel, Chief Technology Officer (CTO) de Microsoft Afrique, a indiqué que la transition vers le Cloud à Maurice est inévitable. « Nous sommes conscients que certains de nos clients prendront un peu plus de temps que d’autres pour passer au Cloud afin d’atteindre leurs objectifs. Mais ce n’est qu’une question de temps », affirme Marc Israel.

Pour que les entreprises mauriciennes puissent faire affaire avec des citoyens ainsi que les entreprises de l’Union européenne (UE) et gérer leurs données personnelles, elles devront se conformer à la General Data Protection Rule (GDPR), votée par l’UE en 2016. Microsoft a pris l’engagement que d’ici mai 2018, tous ses services Cloud seront conformes à ce règlement.

À Maurice, c’est la Data Protection Act qui assure la protection des données et des utilisateurs. Les autres intervenants du forum étaient Owen Larter, Government Affairs Manager de Microsoft UK ; Saheel Khoyratty, Cloud Solutions Specialist de Microsoft océan Indien ; Njeri Olweny, avocate d’affaires de Microsoft Afrique; et Casiya Thaniel, avocate de Microsoft USA.