Tashyana Latchmana Pillay : «Être Miss Tamil ne se limite pas à la beauté physique»

Par Rajmeela Seetamonee O commentaire
Latchmana Pillay

Son rêve est devenu réalité ! Cela fait un peu plus d’une semaine depuis que Tashyana Latchmana Pillay porte la couronne de Miss Tamil. La jeune étudiante veut plus que jamais préserver et promouvoir la culture tamoule à Maurice.

Durant la même période l’année dernière, Tashyana Latchmana Pillay regardait la finale de Miss Tamil sur les chaînes de la télévision nationale. Elle était en compagnie de son père. « Nous étions émerveillés par le spectacle et les belles finalistes. Mon père m’a alors dit qu’il souhaiterait me voir sur cette scène », dit Tashyana, 21 ans. Quelques mois après, elle prend connaissance de l’appel à candidatures pour une nouvelle édition de Miss Tamil. Elle envoie son application et se présente aux auditions sans informer ses parents. « Quand j’ai reçu la confirmation que j'ai été retenue pour la finale,  je leur ai annoncés la bonne nouvelle. Ils étaient très contents de ma décision et m’ont soutenue », dit cette habitante d’Eau-Coulée.

Il faut être soi-même. Demain je serai une maman, et je veux relayer la culture et les traditions de mes ancêtres à mes enfants»

Place ensuite aux différentes épreuves et les répétitions pour la grande finale. Les événements coïncident avec la période des examens et le stage à Air Mauritius. « Certains jours, je ne pouvais pas me rendre en classe. Mes amis me donnaient alors les notes et les devoirs. Durant mon stage de deux mois, la compagnie m’a accordée les congés quand j’en ai eu besoin. Je leur suis reconnaissante », remercie cette étudiante en Banking & Finance à l’Université de Maurice. Pour l’épreuve culinaire, Tashyana Latchmana Pillay avait décidé de revisiter une douceur traditionnelle. Avec l’aide de son entourage, elle confectionne des oundes au chocolat et des feuilles de pandan.

Puis, elle se livre à l’épreuve des prières, dessin de kolam et habillage-maquillage d’une mariée tamoule. « Je me suis rendue à plusieurs reprises à Quatre-Carreaux Mariamen Thirukkovil à Eau-Coulée pour apprendre les différents rituels et réciter les prières. Depuis que je suis enfant, j’accompagne mes parents au temple. Ce qui explique ma dévotion et ma lutte pour préserver et promouvoir la culture. Le prêtre et les membres du Kovil m’ont beaucoup aidée », dit notre interlocutrice. Même si elle ne réussit pas à impressionner le jury, la jeune femme continue à se donner à fond dans la compétition.

La grande finale se tient le samedi 9 septembre dans le Nord de l’île. Tashyana Latchmana Pillay livre sa prestation avec assurance aux côtés des autres finalistes. Elle répond aisément à la question que le jury lui pose. « Être Miss Tamil ne se limite pas à la beauté physique. Il faut respecter et connaître les différents aspects de notre culture et être toujours forte dans toutes les circonstances afin de bien mener les projets. Il faut être soi-même. Demain je serai une maman, et je veux relayer la culture et les traditions de mes ancêtres à mes enfants », dit cette passionnée de lecture.

Tashyana Latchmana Pillay est désignée Miss Tamil 2017-2018. Outre la couronne et l’écharpe, elle remporte, entre autres, Rs 100 000. « Je suis très contente d’être la nouvelle Miss Tamil. J’ai travaillé dur pour y arriver. Je vais continuer à lutter pour conserver notre culture et encourager la jeunesse à l’accepter. Je vais offrir une partie des Rs 100 000 au kovil et à un hospice. La somme restante servira à financer mes études », conclut Tashyana Latchmana Pillay.