Sur les réseaux sociaux : des photos du cadavre d’un bébé provoquent l’indignation

Par Mélanie Valère Cicéron O commentaire

Les photos du cadavre du petit Vuran, agressé mortellement par sa mère âgée de 17 ans, à Camp Levieux, ont fait le tour des réseaux sociaux depuis le jour des funérailles. Certains amis et proches de la famille qui sont allés se recueillir le jour des funérailles en ont profité pour faire des clichés.

« Choquant, odieux ! » Les qualificatifs manquent pour décrire un acte qui pourrait être qualifié de « voyeurisme malsain ». Ainsi, on peut voir sur Facebook, des photos de l’enfant dans les bras d’un proche ou encore sur son canapé et dans son cercueil. Ces photos ont été partagées des milliers de fois et ont provoqué la colère de certains internautes et de membres de la famille de cet enfant décédé dans des circonstances tragiques.

Jessica H., 23 ans, écrit : « Les détails de ce crime sont assez horribles. On n’a pas besoin de nous les rappeler par des photos de cet enfant ayant des traces de coups sur le corps. C’est horrible ». Pour Madvi, mère de 56 ans, « c’est participer à cet acte effroyable que de faire de la publicité autour d’un cadavre ».

Appel à la décence

Jean-Pierre est lui aussi consterné. « Depuis quelque temps, je vois que des personnes postent les photos de cadavre sur Facebook, qu’ils prennent des photos de leurs proches décédés dans le cercueil et qu’ils les postent sur les réseaux sociaux. Je trouve cela très indécent. C’est un moment de tristesse profonde et de grande révolte quand il s’agit d’un crime. Que l’on vienne l’expliquer avec des mots, cela peut se comprendre, mais pourquoi faire du sensationnalisme avec des photos ? Par pitié, arrêtez toute cette démagogie, toute cette indécence », réclame-t-il.

Karim, lui, en appelle aux institutions qui protègent les enfants à Maurice : « Je demande à l’Ombudsperson pour les droits des enfants de bien vouloir intervenir dans ce cas pour que cela ne se répète pas ». Il est aussi agacé par les photos de la jeune maman qui ont été publiées.

On peut lire sur la toile que beaucoup d’internautes ont fait un appel à la décence, demandant à ceux qui ont posté ces photos de bien vouloir les enlever de Facebook. Quant aux proches, ils affirment qu’ils comptent remonter jusqu’aux personnes qui ont initialement posté ces clichés :

Se enn gran mank respe anver nou fami ek nou zanfan », déplore la tante de la jeune maman incriminée pour meurtre.

Elle ajoute :

Ou trouv normal ki dimoun vinn lanterman pou vinn tir foto enn dimoun mor zis pou partaz sa lor Facebook ? Sa ve dir zot pa ti anvi vinn prie. Zot zis anvi vinn fer tamtam lor ledo zot prosen. »

À l’heure où nous mettions sous presse, ces photos continuaient malheureusement de faire le tour des réseaux sociaux.