Soupçons d’infidélité : un mari bafoué réclame un test de paternité

Par Reshad Toorab O commentaire
Adn

Une histoire d’infidélité conjugale est au centre du combat d’un homme qui veut à tout prix savoir s’il est le père biologique d’un enfant. Ce dernier est né il y a cinq ans.

Séparé de son épouse depuis plus d’un an, des doutes continuent à le ronger. Ram (prénom modifié) remet en cause sa paternité. Il craint de ne pas être le père biologique de son benjamin âgé de cinq ans. Le couple est en instance de divorce. Selon Ram, sa demande de séparation est due à une affaire d’infidélité. Il avait de sérieux doutes sur sa femme depuis un bon de temps. Il confie que le temps a fini par lui donner raison.

Mari et femme comptaient 10 ans de mariage. De cette union sont nés deux enfants. Le couple a cependant commencé à battre de l’aile en 2015. Ram explique que sa femme était de plus en plus attirée par un homme qu’elle lui avait, quelques années auparavant, présenté comme étant un collègue. « Si au départ je faisais confiance à ma femme, j’ai vite déchanté.

De nombreuses personnes étaient venues me dire qu’il se passait quelque chose entre eux. Le comportement de ma femme avait, en effet, beaucoup changé aussi. J’étais devenu la risée du quartier. Tout le monde savait que ma femme avait des relations extraconjugales.

Je les ai même rencontrés à plusieurs reprises à différents endroits. Elle trouvait toujours de très bonnes excuses pour se justifier. Elle a toujours nié avoir une quelconque relation avec cet homme, mais je ne comprenais pas comment une femme mariée pouvait passer la plupart de son temps avec un collègue », poursuit Ram.

« Ils étaient amants… » 

Après plusieurs disputes, sa femme a fini par se décider à se séparer de lui. Quelques semaines plus tard, elle a emménagé avec le collègue, ne faisant ainsi que confirmer les doutes de Ram. « J’ai finalement eu la confirmation qu’ils étaient amants depuis de nombreuses années, soit bien avant la naissance de notre dernier enfant. »

C’est pour cette raison que Ram a aujourd’hui des doutes sur la paternité de l’enfant. « Ce n’est pas facile de vivre avec cela. J’ai besoin de savoir la vérité. Cela me fait tellement mal.

Je ne souhaite pas continuer à vivre dans le flou. J’ai sollicité un laboratoire privé qui m’a réclamé Rs 20 000 pour un test de paternité. C’est une grosse somme d’argent. Je souhaiterais savoir si le ministère de la Santé mène ce type de tests. »

Un préposé du ministère explique qu’un tel exercice n’est pas disponible au laboratoire public, précisant qu’il peut toutefois être effectué en privé. Il révèle aussi que le Forensic Science Laboratory peut entreprendre ce type de tests mais contre paiement.

Ram est un homme meurtri. Il ne sait pas encore s’il se sentira en paix à l’issue de ce test. Si les résultats sont négatifs, ils auront un impact considérable non seulement sur sa vie mais également sur celle de l’enfant. Cependant, Ram entend bien poursuivre dans sa démarche, afin de faire taire les rumeurs, dissiper les doutes et mettre un terme aux mensonges.