Soupçons d’abus de monopole : Western Union et MoneyGram proposent d’être moins contraignants avec leurs agents

Par Patrice Donzelot O commentaire

On se dirige vers des changements majeurs dans le secteur des transferts internationaux d’argent. Le secteur est sujet à un monopole selon la Competition Commission of Mauritius (CCM), car deux grandes enseignes se partagent plus de 70 % du marché. Il s’agit de Western Union et MoneyGram. 

Là où la situation devient plus problématique, c’est que les deux enseignes contraignent leurs agents locaux à l’exclusivité. En clair, un agent qui travaille pour Western Union n’a pas le droit, suivant son contrat avec l’enseigne, de proposer à ses clients des services de MoneyGram, et vice-versa.

De plus, au cas où un agent de Western Union cesse son partenariat avec l’enseigne, il doit attendre un certain délai avant de pouvoir devenir un agent de MoneyGram, et vice-versa. Pour la CCM, il pourrait s’agir d’un abus de monopole et elle a ouvert une enquête en avril 2015.

Plus de deux ans après, la CCM annonce, le mardi 13 juin 2017, que les deux firmes multinationales ont soumis des propositions pour satisfaire la CCM. Elles acceptent d’autoriser leurs agents à proposer des services concurrents et à changer de partenaires sans délai.

Mais rien n’est gratuit : Western Union et MoneyGram envisagent de revoir en leur faveur les commissions sur les transactions pour les agents qui choisissent de proposer des services concurrents.