Sounandah Ghoorah-Ramchurrun : l’experte en chapeau de chef de cuisine

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Sounandah Ghoorah-Ramchurrun.

Des  coiffures cylindriques en papier de chef de cuisine, plus connues comme des toques de chef. C’est ce que propose Sounandah Ghoorah-Ramchurrun aux hôteliers depuis trois ans. Grâce à un travail propre et de qualité, elle a pu conquérir les grands groupes hôteliers

10 000 pièces. C’est le nombre de toques de chef de cuisine que Sounandah Ghoorah-Ramchurrun fabrique avec du papier sur une base mensuelle. Actuellement, elle travaille pour cinq groupes hôteliers. Parmi, on retrouve LUX* Resorts et Anahita Golf and Spa Resort. Mais comment l’idée de produire des toques en papier lui est-elle venue ? « Avant mon mariage, je travaillais dans plusieurs compagnies privées qui fournissent aux hôtels des produits alimentaires et des équipements.

Et très souvent, il y avait un manque de toques de chef pour satisfaire la demande des hôteliers. Il fallait importer ces toques et le nombre reçu n’était jamais suffisant », raconte Sounandah Ghoorah-Ramchurrun. Ainsi, elle s’est dit pourquoi ne pas exploiter ce marché. Cependant, fabriquer des toques en papier n’était pas aussi facile qu’elle ne le pensait.

« Mais je n’ai jamais baissé les bras. Après plusieurs essais et des recherches sur Internet, j’ai finalement pu réaliser le produit », dit-elle Avant de pouvoir vendre ses toques, l’entrepreneure envoit des échantillons dans plusieurs hôtels. Le retour-client, dit-elle, est satisfaisant. « J’exerçais ce métier à temps partiel, car je suis des cours de Early Childhood au Mauritius Institute of Education (MIE) », dit-elle.

Rs 6 l’unité

Fabriquer des chapeaux de chef de cuisine est un métier qui demande beaucoup d’attention, d’hygiène et surtout de la  passion.

Après son mariage, le business à temps partiel prend une nouvelle dimension. Elle quitte Surinam pour Lallmatie où elle aménage une petite pièce dans la maison pour la fabrication des toques. « Vu  que mon mari et mon beau-frère travaillent dans les hôtels, ils m’ont aidée à faire le marketing. Aujourd’hui, j’ai une plus grande clientèle », souligne Sounandah. Cette dernière indique que certains hôtels commandent entre 2 000 et 3 000 chapeaux par mois. En moyenne, elle fabrique 10 000 chapeaux de chef par mois. Le prix est de Rs 6 l’unité. Les chapeaux en papier sont jetables. Pour cette nouvelle saison touristique, elle prévoit une hausse dans la demande pour les toques de chef.

Si au début, elle a dû faire face à des problèmes financiers pour lancer son business, aujourd’hui, elle est satisfaite. « Fabriquer des chapeaux de chef de cuisine peut sembler facile, mais c’est un métier qui demande beaucoup d’attention, d’hygiène et surtout de la passion. Il faut que le travail soit propre et irréprochable. Le fait que nous nous engageons avec des clients importants ne nous donne pas droit à l’erreur ».


Vie personnelle

Agée  de 29 ans,  Sounandah Ghoorah-Ramchurrun est une jeune mariée comblée. « Cela fait huit mois que je suis mariée. Je croyais qu’avec le mariage, je n’aurais pas assez de temps à consacrer à  mon activité et à mes études. Mais, je me suis trompée. Je reçois beaucoup de soutien de mon époux, ma belle-mère, mes belles-sœurs et mes beaux-frères », se réjouit-elle. Elle s’estime chanceuse en ce sens. « Je pars pour mes cours trois fois par semaine et pendant mon absence, la famille s’occupe du business », dit-elle. Elle confie n’avoir pas de souci concernant le ménage. « J’habite avec mes beaux-parents. Ainsi on s’organise », dit-elle. Comme passe-temps, la jeune femme une passionnée de séries télévisées.

Projets

Produire des chapeaux de chef à grande échelle en employant des personnes. C’est ce qu’envisage la jeune femme dans un proche avenir. « Mon but est de cibler d’autres hôtels de l’île et des restaurants. D’ailleurs, j’ai déjà commencé à envoyer des échantillons à quelques-uns », fait-elle part. Toutefois, produire en grande quantité nécessite l’infrastructure appropriée. « Nous avons l’intention de construire une pièce attenante de notre maison pour la fabrication et le stockage des toques de chef ».