Soodhun contraint à partir : réactions

Par Le Défi Plus O commentaire
Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval, Raj Makoond, Raj Meetarbhan et Reza Uteem

Xavier-Luc Duval : «Il était grand temps»

Sur Radio Plus vendredi, le leader de l’opposition a révélé qu’il était celui qui avait remis l’enregistrement au journaliste de la Sentinelle Axcel Chenney. Il a aussi affirmé que la démission de Showkutally Soodhun n’était pas la fin de l’affaire. « Je pense qu’il était grand temps. Mais je ne suis pas sûr s’il a été révoqué ou s’il a démissionné. Pravind Jugnauth aurait dû le révoquer, il n’aurait pas dû lui laisser le luxe de démissionner. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Il va falloir réparer les dégâts. Il est clair aussi que le ministère du Logement et des Terres a eu une politique discriminatoire en matière de logement. Il paraît clair que Soodhun avait fait des menaces à Pravind Jugnauth. Il faut voir si Soodhun aura le courage de mettre ses menaces à exécution. Hier, Ivan Collendavelloo a tenté de dédouaner Showkutally Soodhun. Il est aussi coupable. Il doit présenter ses excuses. »


 

Raj Meetarbhan : «Le PM vient de renforcer son autorité morale»

« Pravind Jugnauth vient d’affronter son plus sérieux défi politique depuis qu’il est en fonctions. Il s’en tire assez bien. Il peut estimer avoir désamorcé une bombe à retardement qui pouvait potentiellement causer des dégâts importants à plusieurs niveaux. S’il avait décidé de s’accrocher à Showkutally Soodhun, personnage aussi loufoque que dangereux, cela aurait été perçu comme une forme d’arrogance et d’irresponsabilité envers la nation. Nous ne pouvons être distraits par le bruit provoqué trop souvent par Soodhun alors que le pays doit se concentrer sur son avenir économique. D’un point de vue politique, la destitution de Soodhun permettra de renforcer l’autorité morale de Pravind Jugnauth, lui qui s’érige en garant de la cohésion sociale. Il laisse également comprendre que son mandat ne sera pas caractérisé par un soft power et qu’il aura le courage politique de trancher dans le vif quand c’est nécessaire. Maintenant, il reste des questions de fond qu’il va falloir aborder. Elles relèvent de l’urbanisme, des implantations de populations et de l’intégration sociale. »


 

Reza Uteem : «C’est impardonnable»

« Je suis étonné que le Premier ministre ait pris tout ce temps pour sanctionner le vice-Premier Ministre. Je note aussi qu’il lui a demandé de step down seulement pendant la durée de l’enquête. Or, ce qu’a dit Showkutally Soodhun est impardonnable. Il a insulté tous les membres d’une communauté, en leur faisant comprendre qu’ils n’auraient pas droit à une maison de la NHDC. De tels propos de sa part le disqualifient non seulement comme vice-Premier ministre, mais aussi en tant que député. »


 

Raj Makoond : «Cette décision commune est la bonne»

S’exprimant sur la démission du ministre Soodhun, Raj Makoond, CEO de Business Mauritius, a livré au Défi Plus le commentaire suivant : « Nous sommes d’avis que la décision commune est la bonne, en attendant la conclusion de l’enquête policière. »


 

Navin Ramgoolam : «Soodhun aurait dû être limogé sur-le-champ»

« C'est un faux-fuyant. Ce que Pravind Jugnauth aurait dû faire, c'est appeler Soodhun et lui demander s'il avait tenu les propos qui figurent sur l'enregistrement vidéo. Je n'ai pas l'impression qu'il lui a demandé cela. Il essaie de se cacher derrière une enquête. » C’est ce qu’a déclaré Navin Ramgoolam sur Radio Plus, le vendredi 10 novembre dans la soirée.  « Si Soodhun avait confirmé avoir tenu ces propos, il aurait dû être limogé sur-le-champ. Et s'il avait nié ces propos, il aurait fallu vérifier tout de suite. Cela démontre un manque de courage, il aurait dû être sacked immédiatement. »