Sondage sur l’immobilier : à Floréal, le terrain vaut 71% plus cher après 7 ans

Par Chrisitina Vilbrin O commentaire

Comment les prix des terrains ont-ils évolué ? Que recherchent aujourd’hui les Mauriciens en quête d'un logement ? Quels sont les facteurs qui sont susceptibles d’affecter le secteur de l’immobilier ? VERDE, un cabinet de veille économique spécialisé dans les sondages, les études de marché et les analyses de données, apporte des éléments de réponse dans son dernier sondage intitulé « Real Estate Sector Survey and Outlook ».

Prix moyen des terrains dans différentes régions

Si vous avez acheté un terrain à Floréal en 2011, sachez que son prix a grimpé de 71 % en sept ans. Il est, en effet, passé de Rs 9 350 la toise en 2011 à Rs 16 000 la toise en 2017. C’est ce qui ressort du sondage de VERDE.


*Ce sont les prix pratiqués en 2017.

Les régions rurales de plus en plus prisées

D’après VERDE, la majorité des acheteurs des terrains dans les années 80 à 2015 étaient issus de l’ancienne génération (ils sont aujourd’hui âgés de 55 ans à monter).Toutefois, depuis 2016, ce sont les individus issus de la Génération X et, dans une certaine mesure la Génération Y, qui ont pris le relais. A savoir que la Génération Y et Z recherchent de plus en plus à se loger dans des régions rurales, considérées comme plus abordables.

Ancienne génération - (55 ans à monter)
Tendance à vivre dans des zones hautement résidentielles et denses

Génération X  (entre 35 ans et 55 ans)
Tendance à vivre dans la cour familiale (estimé à 18 %)

Génération Y (entre 15 ans et 35 ans)
La demande plus prononcée pour des terrains abordables
Une tendance à shifter des régions urbaines à des régions rurales qui sont moins chères

Génération Z (moins de 15 ans)
Dans 20 ans, la demande venant de la Génération Z sera influencée par

  1. La population vieillissante
  2. Les maisons de plus petite superficie

Quand les appartements devancent l’achat des terrains

Les logements aux prix abordables et les unités résidentielles privées sont les plus en demande auprès des sondés. Ce sont aussi des opportunités des investissements lucratifs pour les promoteurs. Toutefois, d’autres créneaux ne sont pas à négliger.

La demande pour les divers types de développement

Logement pour retraités 59,1
Résidence pour étudiant 53
Résidence privée en location 83,3
Maisons abordables 86,4
Appartement 75,5 
Immeuble à vendre 58
Bureaux 61,1
Hospitalité 62,7
Commercial 69,3
Achat d’un terrain à des fins d’investissement 73,3
Sports et loisirs 41,5
Villas sécurisées 66,3

Ces facteurs qui influent sur l’immobilier

Quels sont les facteurs qui auront un impact sur le secteur de l’immobilier dans le long terme ? À cette question, les sondés ont répondu que les Smart citites auront l’impact le plus positif. A contrario, ils estiment que le vieillissement de la population influera négativement sur le secteur. Les facteurs qui affectent les secteurs aujourd’hui, sont le financement bancaire, l’incertitude sur les perspectives économiques et la baisse sur les retours d’investissement qui arrivent en pole position.

Des espaces co-working et le changement de style de vie 39,49 
Population vieillissante 8,75 
Plus de mobilité à travers le pays 26,88
Smart cities  49,5
Considérations sociales et environnementales 21,88 
L’émergence des multiples appartements 60
Financement et assistance bancaire 72,3 
Incertitude sur les perspectives économiques 68,7 
Risques d’un crash du secteur en raison des prix gonflés 65,1 
Baisse sur les retours d’investissement 68,4 
Hausse des prix de vente 54,9 

 

1 267 personnes sondées par VERDE

1 267 individus, représentatifs de la population en termes d’âge, de sexe, de classe socio-économique et de régions ont été interrogés dans le cadre cette étude. Notons que ce sondage a été réalisé entre septembre 2016 et mars 2017.


Questions à Venna P. Noonaram (Founding Partner de VERDE) : «Les logements abordables sont les plus demandés»

VERDE a rendu public ce mois-ci son dernier sondage sur l'immobilier. Quels sont les points forts de cette étude ?
25 % des sondés sont légèrement plus optimistes pour le secteur qu’en 2015. Selon les sondés, les Smart cities auront le plus grand impact positif sur le secteur immobilier, alors que le vieillissement de la population amènera l’impact le plus négatif. Les deux principaux facteurs qui, selon les sondés, font aujourd'hui obstacle à la croissance du secteur immobilier sont le financement bancaire et une incertitude sur le plan économique.

Autre constat : les logements abordables et les logements résidentiels privés sont les plus demandés avec un score de 86,4 et 83,3 (sur 100) respectivement. Ainsi, ces types de développement sont des opportunités d'investissement pour les promoteurs.

Dans quelle mesure les générations Y et Z ont-ils bouleversé le marché de l'immobilier ?
La génération Y préfère aujourd’hui vivre dans un cadre familial nucléaire. Ils achètent donc leur propre propriété et c’est la génération Y qui est aujourd’hui consommateur des produits immobiliers résidentiels. Cependant, notre étude démontre aussi que cette génération Y héritera des biens de leurs parents et peut-être même de leurs grands-parents, qui seront ensuite transmis à la génération Z. Cela entraînera à l’avenir un grand nombre de propriétés inhabitées, et bouleversera le marché immobilier, surtout dans un contexte de vieillissement de la population mauricienne et de dépopulation.

Le risque d'une bulle immobilière n’est pas à écarter. Que recommandez-vous pour éviter un tel scénario ?
Le risque d’une bulle immobilière reste possible dans un contexte où l’offre n’est pas adaptée à la demande, qui d’ailleurs est en constante évolution. A VERDE, plusieurs promoteurs viennent nous voir pour des études de marché pour déterminer la demande avant le lancement d'un projet immobilier, mais aussi pour définir des projets différents en relation à la clientèle souhaitée. On remarque aussi que les revendeurs communiquent des prix de vente totalement arbitraires, qui se traduit par des prix extrêmement divergents dans une même région. Nous pouvons aujourd’hui trouver un terrain dans un morcellement vendu pour Rs 2 millions avec une parcelle adjacente de la même taille vendu e pour Rs 2,4 millions avec les mêmes caractéristiques.