Son poignet sectionné au cours d’une bagarre : tragique anniversaire pour un jeune commando de la NCG

Par Kendy Antoine O commentaire
Plage de Tamarin

Sa carrière dans la force policière est compromise. Dickson L. (25 ans), un soldat de l’unité des commandos de la Marcos, de la National Coast Guard, a été frappé par un terrible drame.

Au cours d’une altercation avec des jeunes à Tamarin, le samedi 16 septembre, cet habitant du Sud a eu le poignet sectionné. Des collègues et proches s’étaient rendus sur la plage publique de Tamarin pour fêter l’anniversaire de son épouse.

Le jeune homme est admis à la clinique privée Wellkin depuis. Ses proches ne cessent de faire le va-et-vient au centre hospitalier. Bouleversés, ils ne veulent pas commenter ce qui s’est passé. Le jour de cette agression, il y avait trois autres officiers de la Marcos, un du Police Band et un autre collègue. Ils ont piqué leur tente dans l’après-midi et les festivités ont commencé. Alors que la fête battait son plein, ils disent avoir été importunés par des jeunes qui ont lancé des pétards, des cailloux et des mangues en leur direction.

Les policiers sont allés réclamer des explications et les choses se sont envenimées. Ils ont échangé des coups avec les jeunes qui ont, finalement, pris leurs jambes à leur cou. Mais ce n’était que partie remise. Aux alentours de 23 heures, une quinzaine de jeunes sont revenus, munis d’armes tranchantes. Une violente bagarre a éclaté. Le jeune officier a eu la poignet droit sectionné et leur tente a été incendiée.

La police de Rivière-Noire a été mandée sur les lieux. La victime a été conduite à l’hôpital Yves Cantin, puis transférée à la clinique. Le poignet sectionné a pu être récupéré, mais n’a pu être recousu. La CID a arrêté cinq suspects, dont deux mineurs. Dans leur version, ils ont soutenu qu’ils étaient présents au cours de cette soirée.

« Nous sommes venus réclamer des explications et la bagarre a éclaté. Ce n’est pas nous qui lui avons sectionné le poignet. » Ils ont comparu devant la cour de Bambous sous une charge provisoire d’agression avec préméditation.

L’enquête policière se poursuit.