Shakeel Mohamed partira si le Ptr ne se réinvente pas

By Le Défi Quotidien O commentaire
Shakeel Mohamed

Le chef de file du Parti travailliste au Parlement, Shakeel Mohamed, veut un changement drastique dans le fonctionnement et le positionnement de son parti. Le Labour  est, selon lui, dans l’obligation de se réinventer.

Sollicité par rapport à ses récentes prises de position dans ses déclarations publiques et sur Facebook, Shakeel Mohamed, député de la circonscription numéro 3, Port-Louis Maritime/Port-Louis Est, explique que les rouges doivent impérativement se réinventer. Celui qui est aussi le chef de file du Parti travailliste à l’Assemblée nationale, déclare « qu’il est disposé à quitter le parti s’il n’y pas les changements nécessaires ». Toutefois, selon lui, « Navin Ramgoolam jouit toujours d’une majorité au sein du parti en ce qui concerne la question de leadership». « Nous avons commencé à débattre de la relance du parti », a-t-il déclaré au Défi Quotidien.

Accusé d’attitudes racistes

La réponse de Shakeel Mohamed à des internautes sur sa page Facebook.

En réponse à des internautes sur sa page Facebook, le jeudi 11 mai, après qu’un dirigeant d’une association socioculturelle l’a accusé d’avoir des attitudes racistes, Shakeel Mohamed devait répondre : « And if the PTR does not take a clear unequivocal position, we will part our ways ». Interrogé sur cette publication précise, le député rouge qui en est à son troisième mandat sous la bannière du Ptr, explique  « qu’il réagissait à un commentaire d’un membre d’une association socioculturelle à son égard ». « Le Parti travailliste devra prendre des engagements vis-à-vis de la population concernant ces groupes socioculturels qui gravitent autour du pouvoir », a-t-il affirmé.

« Je ne suis pas en train de m’attaquer au leadership de Navin Ramgoolam comme certains veulent le faire croire alors qu’il jouit du soutien de la majorité au sein du parti mais le Parti travailliste doit se réinventer pour que le peuple puisse faire confiance aux dirigeants et cela commence par des engagements de la direction », a déclaré Shakeel Mohamed. « Il faut que le parti puisse se déconnecter de la manière dont le pays a été gouverné entre 2010 et 2014, que ce soit en termes de nominations, de transparence, avec des changements en profondeur », soutient-il.

Et s’il n’obtient pas de satisfaction par rapport à ces conditions? Shakeel Mohamed affirme « que Navin Ramgoolam a tout le temps été clair sur ce point: si vous n’êtes pas d’accord, vous partez ». Il laisse entendre « que les engagements doivent être pris envers la population avant qu’il ne soit trop tard ». « Il ne suffira pas de se contenter des critiques à l’égard du gouvernement en place alors que le peuple sait déjà que l’Alliance Lepep a failli lamentablement ».

Au niveau des autres dirigeants du parti, on ne veut pas commenter ouvertement les récentes déclarations de Shakeel Mohamed. Nous avons appris que les rouges réuniront leur bureau politique en ce vendredi 12 mai.