Secteur portuaire : travailler à la CHCL, une tradition familiale

Par Raj Bissessur O commentaire
George et Ricardo Théodore

George (45 ans) et Ricardo (38 ans), deux habitants de Roche-Bois, veulent travailler dans le port, comme leur père et leur grand-père. Les deux frères luttent depuis des années pour concrétiser ce rêve.

« C’est une tradition chez les Théodore : travailler au port. Deux générations ont servi là-bas durant des années et nous souhaitons que la présente génération fasse de même. Pourquoi les fils ne pourraient-ils pas servir comme l’ont fait leur grand-père et leur père ? Ce serait comme un signe de reconnaissance envers Jean Théodore et Joseph Théodore. Il est triste que parmi les six fils de Joseph, aucun n’a eu la chance d’entrer au port », nous expliquent les deux frères.

« Nous sommes certes de bons vivants, mais nous menons une vie honnête et nos casiers judiciaires sont vierges, insistent-il. On ne peut nous reprocher aucune infraction et nous avons le physique requis pour entreprendre de lourdes tâches. Nous sommes de hard workers et nous voulons gagner notre vie honnêtement », plaident-ils.

Ce qui les désole surtout, c’est que les enfants des amis de leur père ont pu décrocher un emploi dans le port. Selon la logique de nos interlocuteurs, l’un des six frères Théodore « aurait dû succéder à Jean et un autre à Joseph. »

Xplik Ou K a contacté la Cargo Handling Corporation Limited (CHCL) pour avoir son avis sur la question. « Oui, nous reconnaissons la contribution de Jean et Joseph Théodore au sein de la Cargo Handling Corporation Limited et nous comprenons le sentiment de leurs enfants. Malheureusement, nous n’avons pas de poste vacant pour le moment. Nous leur demanderons de consulter les publications et les annonces dans la presse par rapport aux offres d’emploi à la CHCL », nous a-t-on déclaré au département des ressources humaines. La CHCL pourrait-elle faire un petit plus pour les frères Théodore ? « Qu’ils fassent leurs demandes. Nous verrons bien. »