Salim Peer, directeur de Castille : «La finance et les TIC attirent de plus en plus de jeunes»

Par Leena Gooraya-Poligadoo O commentaire
Salim Peer

Même si le marché de l’emploi est actuellement en contraction en raison d’un ralentissement du développement économique, il y a toujours des possibilités d’embauche dans le secteur de la finance et des TIC. Le directeur de Castille effectue un tour d’horizon.

Castille se concentre-t-elle sur les emplois dans le secteur TIC et de la finance ?
Opérationnelle depuis plus de trois ans à Maurice, la branche locale de la société maltaise Castille, se spécialise dans la recherche, le recrutement et le référencement des talents dans le secteur financier, les TIC et les postes exécutifs. À noter qu’à Malte, la société est considérée comme le leader du marché. En effet, Castille n’a pas vraiment de concurrent puisque nous maîtrisons ces métiers ainsi que les certifications relatives. Il faut préciser que la finance et les TIC sont les secteurs les plus dynamiques dans des économies émergentes comme celle de Maurice.

Quelles sont les perspectives d’emploi actuellement ?
En dépit du fait que le marché de l’emploi est en contraction à cause d’un ralentissement du développement économique et d’un manque de projets, nous recherchons quand même des developpeurs ainsi que des project managers en informatique, des technical architects pour le secteur des TIC. Quant au secteur de la finance, on recherche des administrateurs de fonds, trust et corporate, audit interne, analyste crédit, des comptables dans l’industrie et les services financiers ainsi que pour les métiers bancaires.

Y a-t-il un engouement des jeunes pour travailler dans ces secteurs ?
Dès qu’un projet est affiché sur notre portail et les réseaux sociaux, il y a un grand intérêt de la part de toutes les catégories de demandeurs d’emploi et des professionnels à la recherche d’opportunités. Nous faisons alors une minutieuse sélection et des entretiens poussés afin de choisir et de proposer les meilleurs profils à nos clients. Les secteurs de la finance et les TIC attirent de nombreux jeunes  à cause du nombre d’opportunités à saisir et des nouvelles technologies.

On déplore souvent le mismatch entre les  qualifications/compétences et les attentes des employeurs. Qu’en est-il dans le secteur des TIC et de la finance ?
On fait face à un « skill mismatch » sur le marché de l’emploi actuellement car il y a beaucoup de diplômés ou de surdiplômés qui ne sont pas adaptés aux profils qu’on recherche. Cela peut être au niveau des qualifications, des certifications, de la motivation ou de l’attitude mais on travaille avec les instituts de formation, les organismes de promotion et le jeune public de demandeurs d’emploi afin de les orienter et de leur prodiguer des conseils.

Quels sont vos projets ?
Castille vient de réactualiser son portail https://www.castilleresources.com/ avec un tout nouveau visuel plus facile d’utilisation, avec des interfaces dynamiques concernant des opportunités d’emploi, des tutoriels et des grilles de salaire comme référence, entre autres. Castille compte également développer le « contracting » soit, comme le terme l’indique, le travail contractuel, intérimaire ou temporaire. Un autre développement de taille sera d’importer notre expertise européenne dans la formation et la certification professionnelle de notre centre de formation à Malte, le Castille Institute. Les cadres du service financier,  du secteur bancaire, les légistes et les comptables seront ciblés concernant des sujets tels que les risques, la prévention de fraude, la fiscalité, entre autres.