Saisie d’héroïne d’une valeur de Rs 4,7 M : la passeuse sud-africaine pas à son coup d’essai

By Irfaad Olitte O commentaire

Est-ce un réseau bien organisé que l’Adsu a mis hors état de nuire ? Il semblerait que oui, après que la passeuse sud-africaine Wendy Fikele Magoro a avoué que ce n’est pas la première fois qu’elle introduit de la drogue à Maurice. Cette enseignante de 35 ans a été arrêtée, mercredi, avec 316,05 grammes d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 4,7 millions.

Son allure suspecte a permis à l’Adsu d’intercepter l’introduction d’un important colis de drogue dans le pays. Et pourtant, Wendy Fikele Magoro n’en était pas à son coup d’essai. Elle a confié aux enquêteurs qu’elle a, par le passé, déjà introduit de l’héroïne à Maurice sans que personne ne s’en rende compte. « J’ai accepté de le faire car j’ai perdu mon travail », a-t-elle indiqué aux enquêteurs. Cette fois, elle s’est vu promettre la somme de USD 10 000 (approximativement Rs 370 000) par ses contacts locaux pour faire ce « boulot ».

Les suspects, nommément Laval Gurbhoo (45 ans), Jean Pierre Rosette (46 ans) et Vincent Laretif (24 ans), se sont rendus à Mahébourg, dans la nuit du 15 au 16 mars, pour prendre livraison de l’héroïne lorsqu’ils se sont retrouvés nez à nez avec les forces de l’ordre. Ils ont failli renverser deux policiers en tentant de s’enfuir à bord de leur véhicule. Devant la résistance des suspects, des membres de l’Adsu ont dû tirer deux coups de feu. Des blessés sont à déplorer lors de l’opération policière.

Toutefois, avec cette opération ayant abouti à la saisie d’une importante quantité d’héroïne ainsi qu’à l’arrestation des présumés trafiquants, la brigade antidrogue a donné un coup dur au réseau des Gurbhoo. Cela fait des années que ce réseau opérant principalement à partir de Cité Barkly est dans le collimateur de la police. Wendy Fikele Magoro, Laval Gurbhoo, Jean Vincent Laretif et Jean Pierre Rosette sont désormais en détention. Ils font l’objet d’une charge provisoire de trafic de drogue. La police soupçonne aussi que la passeuse sud-africaine est arrivée à Maurice à travers des contacts établis à la prison.


La drogue sous les seins et dans le vagin

Les trafiquants de drogue ne manquent pas d’astuce pour introduire de la drogue au pays. Afin de réussir sa mission, Wendy Fikele Magoro croyait avoir trouvé le bon filon. Elle avait mis les 316,05 grammes d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 4,7 millions dans trois préservatifs. Par la suite, elle en a caché deux sous ses seins et a introduit le troisième dans son vagin. Une fois à l’aéroport SSR, elle éprouvait des difficultés à marcher. C’est son air suspect qui a poussé les limiers de l’Adsu, basés à l’aéroport, à l’interpeller. Soumise à une fouille à corps, la drogue a été découverte sur elle.