Saisie de 135 kg d’héroïne - Saroj Kistnah : «Mon fils est innocent»

By Irfaad Olitte O commentaire //
Saroj Kistnah

Saroj Kistnah, mère de Navin Kistnah, principal suspect après la saisie de 135 kg d’héroïne, vit dans l’angoisse depuis qu’un mandat d’arrêt a été émis contre son fils. Elle a l’impression que le monde s’est écroulé autour d’elle.

Angoissée, fébrile, Saroj Kistnah a le regard perdu. Cette habitante de Petite-Rivière âgée de 55 ans ne sait plus quoi faire. Depuis la saisie d’héroïne d’une valeur de Rs 2 milliards et avec le départ précipité de son fils pour l’Afrique du Sud, le monde a soudainement basculé pour elle et sa famille. Déjà souffrante, la nouvelle de l’implication de son fils dans cette affaire de drogue l’a fragilisée davantage. « Monn koumans gagn vertiz kan monn aprann sa, monn abat net, mo nepli ena kouraz ek mo pa kone ki sime pou ale », se lamente-t-elle.

Cela fait dix jours que Saroj Kistnah a perdu goût à tout. Elle ne mange pas bien. « Manze pa rant ditou depi 10 zour, mo pa kone ki pou arive. » Quand on lui parle de drogue, elle a l’air perdue. Cette mère de famille dit ne pas savoir ce que veut dire héroïne. « La drog mem, mo pa kone ki ete sa, zame monn trouv sa kouyonad la. » Elle doit porter le poids d’avoir un fils qui serait le principal suspect dans une affaire de drogue.

Mais Saroj Kistnah croit en l’innocence de son fils. «  Il est innocent », affirme-t-elle.  Depuis que Navin a mis le cap sur l’Afrique du Sud, Saroj a eu l’occasion de parler avec lui. « Il m’a dit qu’il n’y est pour rien dans cette affaire. »

À chaque fois que Saroj Kistnah parle avec son fils, elle éclate en sanglots. « Il me rassure et me demande de ne pas m’inquiéter. » Son fils lui a fait savoir qu’il comptait rentrer au pays prochainement.

Saroj Kistnah affirme que Navin ne manquait de rien. Il gagnait sa vie en travaillant. Toutefois, elle reconnaît qu’il était un adepte des jeux de hasard. « Li ti ena lamin gagnan », assure-t-elle. Saroj Kistnah dit aussi avoir demandé à son fils d’arrêter de s’adonner à ces jeux. Aujourd’hui, elle n’espère qu’une chose : que toute cette affaire prenne fin pour qu’elle puisse retrouver la paix.